Mot-Clefvecteur de changement

1
La Fabrique: le premier incubateur d’entreprises sociales en Afrique de l’Ouest
2
One Acre Fund: a way out of hunger
3
Le projet KONSTELACIO, une étoile à suivre
4
Le Laboratoire Colibris vous donne rendez-vous le 30 juin
5
Le 28 avril, venez fêter le social business avec danone .communities et le professeur Yunus !
6
Sur un petit air de printemps
7
Job-Board spécialisé dans les Jobs qui changent le monde!
8
Les résultats du concours des court-métrages « 8 le temps presse »
9
Des films pour faire avancer les choses : LE TEMPS PRESSE !
10
Ode à la Créativité

La Fabrique: le premier incubateur d’entreprises sociales en Afrique de l’Ouest

Et si l’entrepreneuriat social devenait une nouvelle voie de développement en Afrique de l’Ouest ? C’est la mission que s’est donnée la Fabrique. Cet incubateur, situé à Ouagadougou, identifie et accompagne des entrepreneurs qui regorgent d’idées pour répondre aux grands défis sociaux et environnementaux. En leur donnant les outils nécessaires pour passer à la vitesse supérieure, la Fabrique permet aux entrepreneurs de développer leurs projets grâce à une communauté d’acteurs engagés.

La Fabrique a déjà contribué à donner de l’élan à plusieurs projets depuis plus d’une année. Elle propose également un espace de co-working (espace de travail partagé) et aide des structures plus développées qui sont désireuses de mesurer leur impact ou de changer d’échelle. La Fabrique, c’est également une équipe dynamique qui anime des événements ou des formations.

Ne manquez pas le prochain speed dating de recrutement qui aura lieu en avril !

Alors toujours pas convaincu(e)s ? Pour plus d’informations, c’est par ici!

One Acre Fund: a way out of hunger

Nous vous proposons cet article en anglais, n’hésitez pas à la traduire en français avec le module Google Translate situé dans la barre latérale ici à droite –>

Today we decided to interview Kiette Tucker who works for One Acre Fund in Kenya: a great organization that helps farmers from East Africa in becoming autonomous.

Kiette, how did you discover One Acre Fund? What makes you want to work there? And what are you doing in the organization?

I’ve been interested in development work since I began University. I moved to Somaliland in fall of 2009 to help open a secondary boarding school there. As I wrapped up two years living in Somaliland, I began to look for new interesting, entrepreneurial opportunities that were actually making an impact (surprisingly rare in development work). I found One Acre Fund (OAF) listed on idealist.org, identified deeply with the organizational values and decided to apply. Now, here I am.

I was hired as a Program Associate – this is a general project based role and is how most of the ex-pat team enters into the organization. Each PA at One Acre Fund has a unique role that is centered around assigned projects. My projects include partnering with Kenyan staff to run the One Village Project (a modified version of OAF’s normal maize loan program – it uses higher client density to reach scale and financial sustainability faster than the core program), our collard greens product, trialing beans as a possible future product and our tree product which this year aims to plant 5 million trees in Kenya this year!

What is the main mission of this agricultural organization and how does it work?
The main mission is to decrease poverty through food security working with subsistence level farmers. Despite living in a very fertile part of Kenya with consistent rainfall, where almost everyone farms, there are two months out of the year called, the ‘Hunger Season’ when families do not have enough to eat. One Acre Fund works to improve this food security issue by providing high quality farming inputs and training on loan to small holder farmers who do not have access to credit, modern farming techniques or guaranteed quality inputs.

We work through a field based service delivery model. Farmers enroll in OAF with a group of 8 – 15 of their neighbors. The groups all receive trainings together, receive inputs together, plant together, harvest together and have shared responsibility for paying off credit at the end of the season. In my district, I partner with an Assistant Field Director, Meshak Mocho, who manages our district of 6,000 farmers. Rainy season in Western Kenya starts in two weeks, at which point we’ll be sending all our inputs to the field!

What are the results?
The results are that the average OAF farmer is able to double their maize harvest. OAF also provides proper storage materials so that farmers can store their maize until hunger season and either provide food for their family or sell surplus maize at a time when the market price is very high.

In addition to maize inputs, the OAF loan bundle includes collard seeds (a nutritious Kenyan staple crop that can be consumed and sold), grevillea tree seeds (fast growing trees that farmers sell as timber for extra income), a year’s worth of chlorine for safe drinking water and insurance that include crop failure, farmer death and family member funerals.

OAF farmers are economically better off than non-OAF farmers and the group structure provides leadership and empowerment opportunities to motivated participants (especially women). Many OAF farmers are eventually hired as field staff to work for the organization. If you want to learn more about our impact on small holder farmers’ lives, I highly recommend visiting the ‘Farmer Stories’ on the OAF website.

Where are you located?

OAF was founded and is based out of Western Kenya in a small town called Bungoma. Headquarter is located here close to field, close to our farmers, close to our work.

OAF is rare in the size of its US based staff. There are only three full time US based employees, and even those who work full time from the US receive an annual trip to spend time visiting in-field operations.

Are you planning to extend this initiative to other countries? If yes, which ones?
Already, OAF works in Kenya, Rwanda, Burundi and has pilot projects in Ghana, Tanzania and India. The aim of the organization is to double in size every year in order to reach smallholder farmers all over the world.

How can we help this organization?
The best way to help One Acre Fund is to come and work here! In order to keep up with growth targets, we are constantly recruiting talented and dedicated applicants. If you have any interest in living in abroad, working to make a measurable impact and gaining interesting experience (good for you, good for your resume), send me an email at kiette.tucker@oneacrefund.org and I would be happy to talk with you about the application process.

A sentence/a word/ some thoughts you want to share:

If you are interested in social entrepreneurship and development, take the time to research the projects that you put your time and money into. There are fabulous projects out there and projects that waste a lot of time, resources and talent. Make sure you know which you are working with.

For more information, please check the webpage: http://www.oneacrefund.org/

Thank you very much Kiette!

Anaïs P.

Le projet KONSTELACIO, une étoile à suivre

Aujourd’hui nous avons choisi de vous présenter le projet de Charlotte Courtois. Grâce à une interview, cette jeune bretonne nous parle de la naissance de cette prochaine aventure et nous fait rêver avec ses belles idées !

De quoi est né le projet Konstelacio ?

J’ai toujours été fascinée par la diversité culturelle. Ces petites choses qu’on fait différemment (manger, saluer, célébrer certains événements…) mais aussi celles que nous avons en commun (le besoin d’amour et de respect par exemple). Or je suis convaincue que lorsque l’on se construit en tant que personne, on a besoin de découvrir que la différence n’est pas effrayante mais intéressante. Konstelacio est donc née de cette envie de montrer aux enfants que le dialogue et la tolérance sont plus sains que le rejet et les stéréotypes.

En quoi consiste Konstelacio ?

Konstelacio va permettre aux enfants d’être sensibilisés à la diversité culturelle. Pour ce faire, des élèves de CE2-CM1 de plusieurs pays vont créer des livrets qui présentent leur culture et leurs traditions. Ils écrivent et illustrent tout d’abord des récits sur la base de journées types (une journée à l’école, un mariage, un anniversaire…). Ils ajoutent ensuite un certain nombre d’éléments qui constituent le « pot-pourri » : une chanson, un jeu de cour de récréation, une description des vêtements traditionnels… Tout ceci est réuni dans un livret pour chaque école et les livrets sont ensuite échangés entre les pays participants.
On joue ainsi sur l’implication des enfants dans la création de leur propre outil pédagogique afin d’atteindre notre objectif de sensibilisation.

Que penses-tu obtenir comme résultats ? Quelles sont tes attentes ?

Ce projet est un pilote. Je vais donc pouvoir tester l’idée et voir comment les enfants réagissent. Le but est en effet de leur donner envie de découvrir les autres cultures, de poser des questions, de se renseigner et d’éviter au maximum les stéréotypes. Il y a donc tout un travail de réflexion sur comment mieux comprendre les autres cultures. Les enfants découvrent également leur propre culture. Mieux comprendre son prochain permet de mieux se comprendre soi-même et inversement !
Konstelacio a déjà été mis en place dans une école de Bretagne et les résultats sont très prometteurs. Les enfants sont très réceptifs et enthousiastes. Ils ont hâte de découvrir comment vivent les enfants des autres pays.

Comment est-ce possible de te soutenir ?

Un tel projet demande bien entendu un budget relativement conséquent. Il est donc possible de soutenir Konstelacio financièrement en faisant un don (en envoyant un chèque à l’ordre de Konstelacio au 6 rue des Dalliots 22410 Tréveneuc).
Vous pouvez aussi me faire part de vos idées lumineuses ou contacts en me laissant un message via le site web (rubrique « Me contacter »), son forum ou la page facebook.

Une phrase que tu souhaites partager !

La suggestion de Sophie, 10 ans, pour que les enfants découvrent les autres cultures : « On pourrait faire une journée comme dans les autres pays à l’école et que dans les autres pays ils fassent une journée comme chez nous (par exemple faire une journée anglaise en mangeant un petit-déjeuner anglais, en mettant un uniforme pour aller à l’école…) »
Comme quoi, les enfants ont plein de jolies idées pour favoriser le dialogue entre les cultures, il suffit de leur donner la parole pour s’en rendre compte!

Les liens vers tes sites et pour suivre ton aventure ou encore te financer !
Le site internet : www.konstelacio.org
La page facebook : www.facebook.com/konstelacio

Si ce projet vous a plu, n’hésitez pas à le suivre et à le soutenir !

Anaïs P.

Le Laboratoire Colibris vous donne rendez-vous le 30 juin

A l’occasion du Laboratoire Colibris pour les Entreprises, une rencontre est proposée autour du thème « Concevoir et expérimenter dès aujourd’hui, l’entreprise du futur ».

Elle se déroulera le 30 juin de 15h à 19h30 à Couleurs des Mets- Villeurbanne. Elle est organisée en partenariat avec Entreprise du 5ème type, un groupe de travail qui depuis trois ans pense et expérimente des manières d’être et de manager qui sortent du système classique. Remettre les valeurs humaines au centre de son activité, donner un sens et permettre un développement à la fois individuel, collectif et durable.

A l’occasion de cette initiative, un groupe Colibris sera crée en Rhône-Alpes et permettra de développer un échange entre dirigeants d’entreprises qui souhaitent apporter des solutions neuves et adaptées aux défis de demain.

Si vous souhaitez vous inscrire ou encore obtenir des informations complémentaires sur les prochaines rencontres, écrivez à : labo.lyon@colibris-lemouvement.org

Pour cette rencontre, n’oubliez pas d’indiquer :

  • le nom de chaque participant
  • le nom de l’entreprise et lieu
  • un numéro de téléphone
  • si vous souhaitez vous joindre au dîner bio qui aura lieu après les différents échanges, n’oubliez pas de joindre votre participation (20€)

Anaïs P.

Le 28 avril, venez fêter le social business avec danone .communities et le professeur Yunus !

Si nos articles vous ont plu, si le social business vous a appris plein de choses, alors ne ratez pas la grande fête annuelle organisée par danone.communities au Carroussel du Louvre le jeudi 28 avril de 18h30 à 21h30, avec la présence du Prix Nobel de la Paix 2006 le professeur Yunus.

Non seulement cet événement sera le moyen de rencontrer des gens qui croient au changement de modèle, mais cela vous permettra également de soutenir notre blog.
Car avec 15 inscrits (le plus rapidement possible) à cette fête, vous nous permettrez peut être de faire la Une du blog de danone.communities.

Alors n’attendez plus !
Inscrivez-vous ci-dessous ou sur au lien suivant : http://www.danonecommunities.com/GCM2011 et surtout remplissez le CODE D’INSCRIPTION avec le lien suivant: http://www.lesocialbusiness.fr

Sur un petit air de printemps

Les oiseaux qui gazouillent, la nature qui nous offre ses plus doux parfums, le soleil qui nous réchauffe la peau ainsi que le cœur. Le printemps n’est-il pas la meilleure saison pour décider de changer ? D’avancer vers des choses nouvelles ? De contribuer à la prise de conscience que nous vivons dans un monde matériel qui ne laisse plus place aux valeurs essentielles ?

Cet article est un plaidoyer pour le changement. Prendre le temps de regarder l’évolution d’une fleur, d’écouter le bruit des oiseaux au lieu du son de son Ipod, prendre le temps également de retrouver les siens et de partager des moments simples. Un dîner composé avec des fruits et légumes de saison si possibles bios. Décider de se déplacer à pied ou de prendre son vélo. Sourire à la vie, car je suis convaincue du bien fondé de l’optimisme.
A travers ces quelques lignes, je cherche juste à vous toucher sur tout ce qui nous entoure, que même si le monde est totalement déréglé, déconnecté des réalités naturelles qui lui servent pourtant de fondations, il existe encore des choses à faire au quotidien pour, à son échelle, se diriger vers la si connue « sobriété heureuse » de Pierre Rabhi.

Cet article également pour vous parler de TEDx (= independently organized events), une organisation étatsunienne, qui a pour but de diffuser la connaissance mais également des idées neuves et alternatives. TEDx consiste en l’organisation d’événements où de nombreux intervenants viennent partager leurs idées. Tout cela dans le but de changer les attitudes et les vies de milliers de gens. Ainsi de nombreux grands esprits se sont retrouvés sur la scène de TEDx.

Nous vous invitons à aller les découvrir sur le site à la base du mouvement : http://www.ted.com mais également sur le site de TEDx Paris, qui s’est développé il y a quelques années : http://www.tedxparis.com . La communauté TEDx ne cesse de s’agrandir avec des événements partout dans le monde. Et si vous faisiez parti(e) du mouvement ?

Anaïs P.

Job-Board spécialisé dans les Jobs qui changent le monde!

C’est avec grand plaisir et beaucoup d’excitation que nous vous annonçons le lancement de notre Job-board dédié à tous les métiers qui ont du Sens.

Après avoir reçu un certain nombre d’emails d’étudiants, jeunes diplômés et autres professionnels à la recherche d’un job dans le social business ou souhaitant tout simplement mettre leurs compétences au service du bien commun, nous avons décidé d’agir et de proposer une plateforme regroupant des annonces de jobs permettant de concilier projet professionnel et impact sociétal positif.

Vous trouverez donc sur LSB Jobs des annonces pour tous types de jobs (stages, CDD, CDI, appels à projets, bénévolat ou encore freelance) et cela dans divers domaines :

- Social Business / Entreprise sociale (y compris ESS)
- ONG / Association
- Start-up Innovante
- Développement durable en entreprise
- Environnement
- Organisation de développement
- Inédit

Nous savons que ce projet est une expérience mais nous souhaitons fournir à nos lecteurs et plus largement au grand public, et notamment à la jeune génération, une alternative aux emplois dits “classiques” qui ne suffisent plus à étancher leur soif d’épanouissement, d’équilibre et de sens.

Nous créons cette plateforme pour aider ces personnes, toujours plus nombreuses, qui ressentent le désir d’agir, afin de leur donner l’opportunité de mettre leurs talents au service de causes nobles et peut-être de contribuer à la professionnalisation du milieu et ainsi maximiser l’impact de toutes les organisations.

La réussite de ce projet dépend de vous tous, étudiants, entreprises sociales, start-ups, ONG ou toute organisation dont la mission est de contribuer à la construction d’un monde meilleur pour tous.

Aidez-nous à faire connaître cette plateforme, relayez l’information autour de vous, à tous vos contacts du secteur et encouragez-les à publier leurs offres d’emploi. La publication et la consultation d’annonces sont bien évidemment gratuites !

La plateforme est bien entendu vide pour l’instant mais, avec votre soutien, nous espérons pouvoir vous fournir très bientôt un espace de mise en relation convivial et efficace où chacun pourra trouver un moyen d’apporter sa pierre à l’édifice de cette nouvelle société en émergence, où le Sens sera le critère de choix prioritaire pour l’emploi !

Donc n’oubliez pas, spread the word! Partagez cette info sur Facebook, Twitter, Emails.

N’hésitez-pas à nous contacter à l’adresse suivante contact@lesocialbusiness.fr pour plus d’informations, pour recevoir notre communiqué de presse ou pour nous faire part de vos commentaires et idées éventuels.

Merci à tous de votre participation ! et RDV sur LSB Jobs

L’équipe du SocialBusiness.fr

Les résultats du concours des court-métrages « 8 le temps presse »

Les différents lauréats et les jurys du concours 8 - Le temps presse

Hier soir, dans une salle comble du prestigieux Hôtel de Ville de Paris, a eu lieu la remise des prix du concours « 8 le temps presse ». J’ai eu le plaisir de représenter l’équipe du socialbusiness.fr qui a été sélectionnée grâce à notre article sur le trio des meilleurs courts-métrages.
Beaucoup d’intervenants ont pris la parole lors de la remise des 8 prix pour rappeler l’importance des 8 objectifs du Millénaire. Nous tenons à remercier tout particulièrement l’équipe de LDM productions pour l’organisation ainsi que danone.communities pour le jury des blogueurs.

Pour ce concours, LDM productions a reçu 309 films de 18 pays dont 33% concernaient l’environnement, 24% le sida, 12% l’égalité des sexes et 11% la pauvreté. Au grand regret de Marc Obéron, directeur de la publication chez LDM productions et animateur de la soirée, aucun film sur l’objectif du millénaire « mettre en place un partenariat mondial pour le développement» n’a été soumis. Sur les 309 films, il a été difficile de sélectionner les 16 courts-métrages finalistes pour le volet « fiction » et les 6 films finalistes pour le volet « animation ».

Une attention particulière et tout un symbolisme ont été attachés à la création des 8 trophées, qui ont été réalisés par Etienne Krähenbühl qui a su utiliser la matière pour faire passer un message qui est de « marquer son empreinte et la transmettre ». La forme de bâton de relais des trophées représente le mouvement mais également l’urgence qu’il y a de passer le témoin.

Dans une salle comble du prestigieux Hôtel de Ville de Paris

Sans plus attendre voici les résultats des 8 prix:

  • Prix du public : « Dimanche » d’Oscar Lalo
  • Prix des ONG : « Passage » de Noémie Shraer-Monnier. Ce sont six organisations non gouvernementales (CARE, la Croix Rouge, OXFAM, Action contre La faim, ACTED et Planète Urgence) qui se sont regroupées pour remettre ce prix.
  • Prix du cinéma : « Ainsi soit-il » d’Isabelle Agid. L’Agence Française pour le Développement (AFD) et Studio Magazine ont décerné ce prix.
  • Prix des blogueurs : « Amal » d’Ali Benkirane, le prix pour lequel lesocialbusiness a voté et qui a été remis par danone.communities et Jan Kounen.
  • Prix Allociné de l’animation : « Replay » d’Anthony Voisin, Zakaria Boumediane, Fabien Felicite-Zulma et Camille Delmeule qui a été remis par l’équipe d’Allociné. Voici le lien vers ce très bon film d’animation et que nous n’avions pas présenté dans notre dernier article car nous nous étions concentrés sur la catégorie «fiction».
  • Prix des nouvelles solidarités : « Amal » d’Ali Benkirane. Babyloan était en charge de remettre ce prix et a donc décidé d’attribuer trois prix, à savoir en 3ème position « Dimanche » d’Oscar Lalo et en 2ème position « Ainsi soit-il ».
  • Prix Arte : « Dimanche » d’Oscar Lalo. Ce prix a été attribué par le responsable internet d’Arte, José Correia, et par Yann Arthus Bertrand.
  • Grand prix 8 le temps presse : « I téliya » de Fatou Diarra. Ce prix a été offert par la principauté de Monaco, qui œuvre en développant des programmes en matière de micro-économie, d’environnement et d’éducation dans plus de 100 pays. Le prix a été remis par Abderrahmane Sissako et Jan Kounen, deux des réalisateurs du film 8  qui est à l’origine de ce grand projet.

Lors de la soirée, nous avons pu découvrir l’association « Cinemas for Africa » qui cherche à rénover des salles de cinéma sur le continent africain et ainsi promouvoir la culture dans de nombreux pays qui en ont un accès limité.

Cette soirée s’est clôturée par la diffusion des courts-métrages gagnants et force est de constater qu’il était agréable de prendre le temps de revoir le talent de certains réalisateurs qui ont passé plusieurs mois, voir plusieurs années, sur des films qui ont un sens et qui veulent changer les choses. Le temps presse, ne l’oublions pas ! Pour l’édition 2012, l’équipe organisatrice compte conquérir une autre capitale et transmettre la magie de ce concours, en espérant y découvrir de nombreux nouveaux talents !

Anaïs P.

Des films pour faire avancer les choses : LE TEMPS PRESSE !

Les 8 objectifs du Millénaire sont capitaux et nous les avions abordés le 30 août 2010 dans un
précédent article
. Nous vous avions présenté les différents court-métrages réalisés par de grands réalisateurs
tels que Gus Van Sant, Wim Wenders, et d’autres. Chaque film mettait en scène un des objectifs du
millénaire afin d’essayer de rappeler aux gouvernements que le temps presse pour qu’ils tiennent
leurs engagements!

Aujourd’hui un concours a été organisé afin de demander à des réalisateurs moins connus de
faire des courts-métrages portant sur le même thème.
J’ai regardé les 16 courts-métrages finalistes de la sélection fiction et je dois dire que le choix a été
dur car ils abordent tous des thèmes importants et sont filmés sous des angles aussi intéressants que
variés.

J’ai finalement dû choisir, j’ai donc tout d’abord sélectionné en 3ème position ex aequo: le court-
métrage « Amal » de Ali Benkirane qui reprend les objectifs de promouvoir l’égalité des sexes et
l’autonomisation des femmes ainsi que d’assurer l’éducation primaire pour tous.
Il aborde de nombreux thèmes qui sont, selon moi, cruciaux, à savoir l’éducation et l’égalité
hommes-femmes. Pouvoir réaliser ses rêves malgré la pression culturelle et sociale. Je ne veux pas
vous dévoiler les détails du film afin que vous puissiez vous en faire votre propre opinion.
Un autre court-métrage qui mérite sa 3ème place est celui de Fred Eldar intitulé « Barye »  . Il traite de
l’exclusion et la solitude et m’a d’autant plus touché car je l’ai regardé avant les fêtes de Noël.
L’objectif mis en avant ici est la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim.

En 2ème position, le court-métrage qui m’a plu est « The Ball »
de Fabien Corée. Il évoque également un thème qui nous concerne tous plus ou moins indirectement : le travail des enfants. Les objectifs
détachés sont de réduire l’extrême pauvreté et la faim ainsi que celui d’assurer l’éducation primaire
pour tous. Les images et l’histoire sont poignantes et attendrissantes. Ce film nous rappelle que
c’est en décidant de consommer différemment et en respectant les droits de l’Homme, que nous
réussirons à faire avancer les choses. Il souligne également la responsabilité des entreprises dans ce processus.

Enfin le court-métrage qui reflète ma vision actuelle et le message que j’essaie d’appliquer au
quotidien est « Inside Out » de S. Rossi et Paida. Comprendre que le changement vient de nous et qu’avant de juger les autres, nous devrions
changer nous même. Changer nos habitudes de consommation, de voyage, de loisirs, se remettre
en question. Car avec le moindre petit pas les choses peuvent évoluer et nous n’avons plus le temps
d’attendre les gouvernements et les grandes entreprises. Le temps presse ! Pour moi, il est d’autant
plus intéressant parce qu’il englobe tous les objectifs du millénaire en nous faisant reconnaître que
nos actions ont un impact. Le social business fait partie de cela, car il soutient un monde plus humain
et porteur de transformation.

[youtube Oaf2XA5INJ0]

Les résultats officiels du concours de courts-métrage auront lieu à Paris le 26 janvier prochain ! Nous
vous tiendrons au courant des gagnants !
En attendant, voici le lien vers les autres courts métrages
de la catégorie fiction, je vous recommande également ceux de la catégorie animation. Bon
visionnage !

Anaïs P.

Ode à la Créativité

Ce tout premier article de l’année est tout d’abord l’occasion pour toute l’équipe du blog de vous souhaiter une fantastique année 2011, placée sous le signe de la solidarité et de la créativité.
2011, nous l’espérons, verra fleurir un nouvel élan pour l’entrepreneuriat social. Notre souhait le plus cher, et la mission que nous nous fixons, est de voir l’esprit de l’entrepreneuriat social se répandre à de nouvelles sphères, amener un nombre croissant de personnes à réfléchir sur le rôle et les possibilités de l’entreprise dans la société et contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs visionnaires au service de l’Humanité.
Comme chacun le sait, ce qui caractérise un entrepreneur social, c’est avant tout sa capacité à voir les choses différemment, à percevoir des opportunités là où d’autres ne voient que des impasses, à imaginer une manière inédite de résoudre des problèmes sociaux souvent délaissés car jugés insolubles. En bref, la première qualité d’un entrepreneur social, c’est sa créativité, sa capacité à penser « out of the box »… En favorisant la créativité, nous pourrions démultiplier le potentiel des individus à devenir des entrepreneurs sociaux. Or, comme le déplore Sir Ken Robinson dans cette vidéo, le système éducatif s’attache à faire précisément le contraire, générant des individus formatés, peu à même de donner naissance à la nouvelle idée révolutionnaire.

[youtube x_0Lsg1iRsQ]

Scandaleux ! Si nous souhaitons créer un climat propice à l’entrepreneuriat social, c’est donc le système éducatif tout entier qu’il faudrait réformer en profondeur ! Alors, pour bien commencer l’année, Indignez-vous ! contre ce moule toxique qu’est l’éducation actuelle. L’indignation est un sentiment pur et noble, un puissant vecteur de transformation…

LeSocialBusiness.fr Copyright © 2013. Tous Droits Réservés