Mot-Clefpauvreté

1
An interview with GRAMEEN CALDAS
2
Jimmy Fairly, l’impact social en mode Web 2.0
3
Convergences 2015, ensemble contre la pauvreté…
4
Les résultats du concours des court-métrages « 8 le temps presse »
5
« TU ES CE QUE TU FAIS, PAS CE QUE TU DIS »
6
POUR LES 8 OBJECTIFS DU MILLENAIRE, LE TEMPS PRESSE
7
KIVA : la première plateforme de prêts à des entrepreneurs

An interview with GRAMEEN CALDAS

Grameen Caldas is an organization that was created to implement and operate the Holistic Social Business Movement, a highly innovative regional development approach which aims at eradicating poverty and rebuilding the economy of the region of Caldas in Colombia. In order to understand it better, we decided to interview Martin Loeffler, who is the project leader and current CEO of Grameen Caldas.

 

• How did the Caldas project start?

In 2009, ProfessorYunus was in Cartagena (Colombia) at a microcredit summit where he was approached by the governor of Caldas Mario Aristizabal and his social development consultant. They came to him and told him that they had an issue which was that Caldas has 70% of poverty, 25% of extreme poverty and that even if Caldas has few social projects that they were not working so they needed another idea, something new. In response to those issues, Professor Yunus suggested to do the Holistic Social Business Movement of Caldas.

This movement is a combination of microfinance on one hand (income generation) and on the other hand a long term development opportunities in the areas of nutrition, education, housing and healthcare. There is also the development of a social business fund which will create a bunch of social businesses to address all the causes of the social issues in Caldas.
The governor asked how much money they will need for that. Professor Yunus said that they will need about 16 million dollars to be invested. They would get the necessary funds by selling some TERPEL shares (oil and gas company) that the government still owned- this is how it was born. The 16 million unfortunately never arrived for various reasons but we are still here and try to make it without the government funds. So far we are still alive…

 

• Why did you choose Colombia?

Actually, the answer is we have not chosen Colombia, Colombia has chosen us because they came to us. The general approach of Grameen is not to go where we think we should go. It is more a reactive approach. If people need our help and ask us for help, then we come. So that’s why we are in Colombia. They said they will invest 16 million dollars in microfinance and a social business fund to create the first really revolutionary and sustainable regional development approach – so we came.
• What is your role in this project?

First of all I would not call it a project anymore, it was a project last year and it was a Grameen Creative Lab project to implement the Holistic Social Business Movement. My role when I joined the project in the second year was to secure its implementation and I was there as the project leader for that year.

In the course of the project we created a Colombian company called Grameen Caldas (Caldas is the state in Colombia that we are operating in) which is intended to manage the fund and the microfinance organization. We are looking for a local leader to take over but that is not that easy so right now I am still leading that company.

 

• What are the advances?

We are really excited right now as in order to show that social business can actually work we have created three pilot projects in Caldas. After the deal with the government fell through because the 16 million dollars never really existed, we were going into a big crisis because we thought we could not fund the project. So now we just got financed by ECOPETROL which has invested in each of the three social businesses we have here. Financially that does not really help Grameen Caldas, but it allows us to create some tangible value here in the region which in the long run will show people that they should invest in Caldas.
The pilot projects are Como en Casa, a housing social business, Bienestar, a healthcare social business and Panela Fortificada, which is a social business that produces panela and fortifies it with 7 vitamins which have several great benefits such as strengthening the immune system, fighting anemia or improving cardio-vascular health among other benefits.
Finally, we just managed to strike a deal to develop a joint venture with McCain, the largest frozen potatoes company in the world. So now they will work with us to create another social business here in Caldas which is planned to create jobs and improve access to nutrition for the poor.
• How can we get involved?

We actually work a lot with volunteers from all over the world. For example we work with top MBA schools such as Wharton Business School and if people want to do an internship with us for about three months, then we interview them and see if there is a fit. If there is one, we are really thankful whenever people want to help us accomplishing our goals of reducing poverty in Caldas. What we usually try to do is a three months volunteering program, it should be a minimum of one month but the longer the better. Since we are creating several companies and every company has all the functions from product development, to marketing, to finance, to IT, there is a variety and tons of things to do to get these social businesses pilots up and running. Whoever is interested can write us (martin.loeffler@grameencaldas.com) and be part of the creation of a social business that in the long term will eliminate the social issues that it is intending to resolve.
• Is this model easy to implement in other parts of the world?

Absolutely – the model of the regional poverty reduction program of the Holistic Social Movement can later be adapted to other regions in the world.
We already know that Grameen microfinance works in more than 40 countries in the world and now a social business fund concept is also something that can be replicated anywhere else. Caldas at this point serves as our pilot project to implement the Holistic Social Movement even though due to the lack of funds we have not started the microfinance implementation portion of the program. But with time we are going to fully implement and then refine the model and once we see that it is up and running and it really works well here, then we can take the concept to other areas quite easily. Some of the main adaptations that will have to be made are of course understanding what are the social issues in each of those regions.

 

• A word on social business

We have seven social principles and the last one is DO IT WITH JOY. It is supposed to be fun and to be creating social value and we are of course happy when people join us.

If you wish to have more information or even join the team, visit Gramen Caldas webpage.

Photo taken from the Grameen Caldas webpage.

Jimmy Fairly, l’impact social en mode Web 2.0

Comme vous le savez tous, nous sommes toujours à la recherche de projets socialement innovants et d‘entreprises qui changent le monde d’une certaine façon…

C’est pour cela que nous avons décidé de vous parler aujourd’hui d’un site e-commerce qui a retenu notre attention.

Alors non, il ne s’agit pas d’un social business ou d’une entreprise sociale, mais c’est justement pour cela que nous trouvons l’initiative d’autant plus intéressante.

Oui, Jimmmy Fairly est une toute nouvelle boutique en ligne à la mode qui vend des lunettes de vue et de soleil exclusivement sur internet, avec des modèles fait maison par des designers français et fabriqués à la main en italie.

Jusque là, me direz-vous, rien de très intéressant pour notre blog ? Eh bien si ! Car la particularité de cette nouvelle marque, en plus d’avoir un site internet qui claque, au design classe et cosy et de belles montures, réside dans la conscience sociale de ses créateurs qui se matérialise par le « Buy one, Give one ».

Le Buy one Give one est un concept simple : pour chaque paire de lunettes achetée, Jimmy Fairly donne une paire à une personne dans le besoin. Selon l’OMS, un milliard de personnes dans le monde n’a pas accès à des soins optiques. Il faut savoir que l’accès à ces soins permettrait une augmentation de 20% de leurs revenus et une nette amélioration de leur qualité de vie.

Acheter une paire de lunettes Jimmy Fairly est donc un acte engageant et engagé.

De plus, Jimmy Fairly s’est associé avec plusieurs ONG et agit en tant que partenaire :

Voir la Vie développe ainsi en partenariat avec Jimmy Fairly un centre d’optique à Kindia. C’est la marque qui fournit les montures et les verres nécessaires à la formation et à la fabrication de lunettes pour les patients en convalescence.

L’association Peuples d’Himalaya effectue des consultations médicales au Zanskar, en Inde, à plus de 4000m d’altitude. A cause des UV et du soleil, de très fortes brulures de la rétine sont observées chez ces personnes. Jimmy Fairly leur fournit donc des paires de lunettes de soleil et de vue (à dioptries positive) adaptées afin de protéger la vue des enfants durant leur croissance où la rétine est la plus fragile.

Voici donc un modèle d’entreprise qui vend différemment et incite à consommer autrement en donnant un véritable sens à son acte d’achat. En appliquant le concept du Buy One Give One, l’entreprise fait un choix stratégique qui lui donne l’opportunité de répondre à une problématique sociale liée à son coeur de métier tout en développant un positionnement différenciant lui permettant de se démarquer de ses concurrents : en bref, du gagnant-gagnant !

Nous ne pouvons qu’encourager ces initiatives qui associent à un concept en soi déjà innovant (la vente en ligne de lunettes not made in China, c’est déjà peu commun), la volonté d’avoir un impact social allant bien au-delà de leur activité commerciale… Pourquoi ne pas appliquer ce modèle à d’autres activités et créer des entreprises pérennes dotées d’une conscience sociale et environnementale, pourquoi ne pas inscrire cette ambition d’apporter une solution à un problème social au coeur de la mission de l’entreprise ?

Si Jimmy Fairly n’est pas un pur social business, chaque pierre compte et cette idée pourrait bien à terme générer un changement social à grande échelle, et ce d’autant plus si le succès est au rendez-vous.

Bravo encore Jimmy Fairly et longue vie au Buy One, Give one ! Prenez-en de la graines futurs change makers ;)

PS : Profitez-en dès aujourd’hui, c’est les soldes ;)

Denis B.

Convergences 2015, ensemble contre la pauvreté…

Pour parvenir à un mode de développement durable, la mobilisation de tous les secteurs est indispensable… Les différents acteurs doivent prendre conscience de la complémentarité de leurs compétences et de la nécessité de les mobiliser en synergie afin de répondre aux défis du XXIème siècle. Les partenariats intersectoriels apparaissent dès lors comme une solution novatrice, la seule à même d’apporter des réponses suffisamment imaginatives, cohérentes et intégrées pour appréhender les problèmes mondiaux les plus complexes et invasifs…

Les 3, 4 et 5 maiprochains, acteurs privés, publics et solidaires se réuniront à l’Hôtel de Ville de Paris pour le 4ème Forum Convergences 2015. Lancé en 2008, ce forum de réflexion est destiné à jeter des ponts entre les différents secteurs afin de créer des synergies dans le but d’éliminer la pauvreté. Avec pour feuille de route les 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement fixés en 2000 par l’ONU, cette initiative se veut une plateforme fédératrice visant à permettre l’articulation de diverses parties prenantes afin de promouvoir une économie au service de l’Homme et de son environnement.

Après avoir mis dans un premier temps l’accent sur la microfinance comme levier de lutte contre la pauvreté et vecteur de convergences, le forum a aujourd’hui élargi l’éventail de ses thématiques de réflexion et d’action. A la croisée des chemins entre les divers secteurs, l’entrepreneuriat social, l’économie sociale, le social business, le commerce équitable font désormais partie des sujets de réflexion prioritaires, avec toujours en ligne de mire l’objectif d’encourager les collaborations intersectorielles afin de mettre sur pied des projets innovants et porteurs.

Le Forum annuel est un formidable espace d’échanges et de discussions entre professionnels des secteurs concernés. Des groupes de travail d’experts se réunissant au cours de l’année sont chargés d’élaborer des réflexions de fond dont les émanations seront mises en débat au cours de ces trois journées qui promettent d’être riches en apprentissages. Les deux premiers jours seront consacrés à un large éventail de tables rondes et mini-conférences et se termineront par la remise des prix Convergences 2015, récompensant les meilleurs partenariats entre une organisation solidaire (entreprise sociale, association, etc. ) et un acteur du secteur public et/ou privé. Le Forum culminera le jeudi 5 mai avec 3 grands débats animés par Le Monde et 2 conférences en plénière.

En 2011, alors que l’on assiste à une augmentation préoccupante de la pauvreté et de l’exclusion au Sud comme au Nord, le retard pris par rapport aux Objectifs du Millénaire pour le Développement rend d’autant plus cruciale la mobilisation de l’ensemble des acteurs de la société pour construire un monde plus juste, qui ne laisse personne sur le bord de la route…

Le Forum est ouvert au public. Foncez vous inscrire et consulter le programme détaillé !

Les résultats du concours des court-métrages « 8 le temps presse »

Les différents lauréats et les jurys du concours 8 - Le temps presse

Hier soir, dans une salle comble du prestigieux Hôtel de Ville de Paris, a eu lieu la remise des prix du concours « 8 le temps presse ». J’ai eu le plaisir de représenter l’équipe du socialbusiness.fr qui a été sélectionnée grâce à notre article sur le trio des meilleurs courts-métrages.
Beaucoup d’intervenants ont pris la parole lors de la remise des 8 prix pour rappeler l’importance des 8 objectifs du Millénaire. Nous tenons à remercier tout particulièrement l’équipe de LDM productions pour l’organisation ainsi que danone.communities pour le jury des blogueurs.

Pour ce concours, LDM productions a reçu 309 films de 18 pays dont 33% concernaient l’environnement, 24% le sida, 12% l’égalité des sexes et 11% la pauvreté. Au grand regret de Marc Obéron, directeur de la publication chez LDM productions et animateur de la soirée, aucun film sur l’objectif du millénaire « mettre en place un partenariat mondial pour le développement» n’a été soumis. Sur les 309 films, il a été difficile de sélectionner les 16 courts-métrages finalistes pour le volet « fiction » et les 6 films finalistes pour le volet « animation ».

Une attention particulière et tout un symbolisme ont été attachés à la création des 8 trophées, qui ont été réalisés par Etienne Krähenbühl qui a su utiliser la matière pour faire passer un message qui est de « marquer son empreinte et la transmettre ». La forme de bâton de relais des trophées représente le mouvement mais également l’urgence qu’il y a de passer le témoin.

Dans une salle comble du prestigieux Hôtel de Ville de Paris

Sans plus attendre voici les résultats des 8 prix:

  • Prix du public : « Dimanche » d’Oscar Lalo
  • Prix des ONG : « Passage » de Noémie Shraer-Monnier. Ce sont six organisations non gouvernementales (CARE, la Croix Rouge, OXFAM, Action contre La faim, ACTED et Planète Urgence) qui se sont regroupées pour remettre ce prix.
  • Prix du cinéma : « Ainsi soit-il » d’Isabelle Agid. L’Agence Française pour le Développement (AFD) et Studio Magazine ont décerné ce prix.
  • Prix des blogueurs : « Amal » d’Ali Benkirane, le prix pour lequel lesocialbusiness a voté et qui a été remis par danone.communities et Jan Kounen.
  • Prix Allociné de l’animation : « Replay » d’Anthony Voisin, Zakaria Boumediane, Fabien Felicite-Zulma et Camille Delmeule qui a été remis par l’équipe d’Allociné. Voici le lien vers ce très bon film d’animation et que nous n’avions pas présenté dans notre dernier article car nous nous étions concentrés sur la catégorie «fiction».
  • Prix des nouvelles solidarités : « Amal » d’Ali Benkirane. Babyloan était en charge de remettre ce prix et a donc décidé d’attribuer trois prix, à savoir en 3ème position « Dimanche » d’Oscar Lalo et en 2ème position « Ainsi soit-il ».
  • Prix Arte : « Dimanche » d’Oscar Lalo. Ce prix a été attribué par le responsable internet d’Arte, José Correia, et par Yann Arthus Bertrand.
  • Grand prix 8 le temps presse : « I téliya » de Fatou Diarra. Ce prix a été offert par la principauté de Monaco, qui œuvre en développant des programmes en matière de micro-économie, d’environnement et d’éducation dans plus de 100 pays. Le prix a été remis par Abderrahmane Sissako et Jan Kounen, deux des réalisateurs du film 8  qui est à l’origine de ce grand projet.

Lors de la soirée, nous avons pu découvrir l’association « Cinemas for Africa » qui cherche à rénover des salles de cinéma sur le continent africain et ainsi promouvoir la culture dans de nombreux pays qui en ont un accès limité.

Cette soirée s’est clôturée par la diffusion des courts-métrages gagnants et force est de constater qu’il était agréable de prendre le temps de revoir le talent de certains réalisateurs qui ont passé plusieurs mois, voir plusieurs années, sur des films qui ont un sens et qui veulent changer les choses. Le temps presse, ne l’oublions pas ! Pour l’édition 2012, l’équipe organisatrice compte conquérir une autre capitale et transmettre la magie de ce concours, en espérant y découvrir de nombreux nouveaux talents !

Anaïs P.

« TU ES CE QUE TU FAIS, PAS CE QUE TU DIS »

Ces mots à première vue ne vous rappellent peut être pas grand-chose. Et pourtant…Lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, une petite fille de 12 ans, Severn Cullis-Suzuki, a interpellé les dirigeants de notre monde afin de faire entendre sa voix et la voix des milliers de gens fatigués des discours politiques et en attente d’actions. Cette petite a aujourd’hui 29 ans et attend son première enfant.

Jean-Paul Jaud, à qui l’on doit le superbe film documentaire « Nos enfants nous accuseront », poursuit dans sa lignée avec « Severn, la voix de nos enfants ». Ainsi à travers ce long-métrage documentaire, il rend hommage à ce discours en mettant en scène les alternatives et les solutions que de nombreuses personnes ont cherché à développer afin de ne pas sombrer dans le pessimisme ambiant.
Ce film nous amène également à réfléchir aux urgences et aux défis qui se présentent à nous afin de laisser un monde différent aux générations futures.

Pour vous donner encore plus envie de foncer au ciné, voici la bande-annonce :

[youtube SxiLxElBnqc]

Ce long-métrage sera projeté en France à partir de mercredi (10 novembre).
Voici le lien vers les lieux de projection, si le film n’est pas dans votre ville, n’hésitez pas à organiser une projection .

Anaïs P.

POUR LES 8 OBJECTIFS DU MILLENAIRE, LE TEMPS PRESSE

A l’occasion de la réunion sur l’état d’avancement des objectifs du millénaire qui aura lieu du 20 au 22 septembre à New York, 8 courts-métrages ont été réalisés.
Avant de vous les présenter, revenons sur les Objectifs du Millénaire. Selon le rapport 2010 de l’ONU, « les Objectifs définissent les besoins humains que chacun dans le monde devrait voir satisfaits et les droits fondamentaux dont chacun devrait pouvoir jouir ». A savoir avoir un toit, ne pas vivre dans la faim, avoir un emploi productif et décent, accéder à des soins de santé, donner naissance sans prendre de risques, etc. Les dirigeants du monde se sont ainsi engagés lors de la
Déclaration du Millénaire de 2000 à lancer des initiatives pour améliorer la vie de centaines de millions de personnes.

Ainsi les objectifs du millénaire pour le développement sont:

  • Réduire l’extrême pauvreté et la faim
  • Assurer l’éducation primaire pour tous
  • Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
  • Réduire la mortalité infantile
  • Améliorer la santé maternelle
  • Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autre maladies
  • Préserver l’environnement
  • Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Comme nous vous le précisions plus haut, afin de montrer que le temps presse, 8 réalisateurs ont été invités à mettre des images sur les Objectifs. Ainsi Gael Garcia Bernal a réalisé un film sur le thème de l’éducation, Gus Van Sant sur la mortalité infantile, etc. Nous tenions à mettre en avant le court métrage de Wim Wenders sur le développement, en effet il aborde le thème du micro-crédit. Si vous souhaitez le visionner, voici le lien.
Nous vous invitons également à retrouver les autres films sur ce site.

Comme l’a signalé Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU, des milliards de personnes attendent
que « la communauté internationale fasse de la promesse d’un monde meilleur une réalité ».

Anaïs P.

KIVA : la première plateforme de prêts à des entrepreneurs

Fondée en octobre 2005 et basée en Californie, cette ONG permet à de nombreuses personnes de prêter de l’argent (grâce au principe de la micro-finance) à des entrepreneurs de pays plus pauvres.

Elle a pour objectif de lier des individus afin de remplir sa mission principale qui est la lutte contre la pauvreté.

Les valeurs de Kiva sont simples : la dignité grâce à la création de véritables relations de partenariats, la responsabilité de rendre compte (il s’agit en effet de prêts et non de donations) et enfin la transparence qui est mise en avant par cette plateforme ouverte représentée par le site web de Kiva.

Mais comment cela marche-t-il ? Réponse en 6 étapes :

  1. Kiva a des partenaires locaux dans les pays en voie de développement qui sont en général des instituts de micro-finance. Ces acteurs sont en contact avec les entrepreneurs et prennent ainsi leur photo et notent leur projet.
  2. Les partenaires locaux téléchargent ainsi le profil de l’entrepreneur sur le site internet de Kiva.
  3. Les prêteurs choisissent un entrepreneur à qui ils souhaitent prêter de l’argent à l’aide de leur souris et leur connexion internet. Le transfert se fait grâce à Paypal ou à l’aide d’une carte de crédit.
  4. Kiva envoie les prêts effectués au partenaire local qui fournira l’argent à l’entrepreneur.
  5. L’entrepreneur rembourse son prêt au fur et à mesure au partenaire local. Ce dernier est en contact permanent avec Kiva.
  6. Quand le prêteur est remboursé, s’il le souhaite il pourra décider de prêter son argent à un autre entrepreneur ou encore faire un don à Kiva.


Il s’agit d’une manière simple et sûre d’aider des entrepreneurs qui ont besoin de peu pour arriver à réaliser leurs projets. Cette initiative a été d’ailleurs reconnue par de nombreux acteurs tels que The Times, The Skoll Foundation, 50 Best Websites 2008, etc.

Kiva bénéficie également d’un réseau de partenariats d’entreprises et institutions assez important. Nous pouvons entre autres citer Google, Youtube, Ernst&Young ou encore Ashoka, Clinton Global Institute et bien d’autres.
Si vous souhaitez en connaître davantage ou encore faire partie de l’aventure en prêtant vous aussi, voici le site internet (en anglais)


Anaïs P.

LeSocialBusiness.fr Copyright © 2013. Tous Droits Réservés