Mot-Clefinspiration

1
Réinventer le monde de demain à partir des meilleures solutions d’aujourd’hui : c’est possible !
2
LE MADE IN FRANCE PROJECT : une histoire de relocalisation !
3
Kialatok une belle initiative à découvrir!
4
YES!
5
Déjà 10 ans pour la Stanford Social Innovation Review !
6
La Disco Soupe, un projet à partager
7
« Femmes de courage », femmes d’exception
8
Le projet KONSTELACIO, une étoile à suivre
9
Jimmy Fairly, l’impact social en mode Web 2.0
10
Le Laboratoire Colibris vous donne rendez-vous le 30 juin

Réinventer le monde de demain à partir des meilleures solutions d’aujourd’hui : c’est possible !

Vous pensez qu’il n’y a aucune solution pour envisager différemment l’agriculture, l’économie, l’éducation et d’autres thématiques capitales de notre monde ? Vous êtes fatigué(e)s d’entendre que nous allons droit à la catastrophe ? Vous vous sentez impuissant(e)s quant aux crises que le monde traverse ? Alors préparez-vous car le mois de décembre vous réserve une surprise….la sortie du film « Demain ».

Cette bouffée d’optimisme et qui pousse à l’engagement est l’idée de Cyril Dion (co-fondateur de l’excellente ONG Colibris, entre autres) et de la comédienne et réalisatrice Mélanie Laurent. Ce film a été financé de manière participative par plus de 10 000 Kisskissbankers qui ont senti la nécessité de soutenir un aussi beau projet !

Le résultat est un film positif qui apporte des solutions concrètes pour le futur que nous souhaitons. Une bande originale qui donne envie de bouger, des personnages hauts en couleurs, de belles images et des réponses qui nous donnent envie de se retrousser les manches et de foncer !

Alors toujours pas convaincu(e)s ? Regardez la bande annonce !
Le film a déjà commencé à être diffusé en avant première (chanceuse que je suis, j’ai pu assister à l’une d’entre elles) mais la date officielle de sortie en France sera le 2 décembre. D’autres pays le diffuseront également en décembre, dont la Suisse (à partir du 15 décembre).

LE MADE IN FRANCE PROJECT : une histoire de relocalisation !

Afin de vous présenter des initiatives qui cherchent à changer les choses, nous sommes tombés sur le MadeinFrance Project qui raconte la relocalisation d’une jeune start up française. Un projet haut en couleurs qui grâce à l’énergie et aux convictions de deux jeunes entrepreneurs a vu le jour il y a quelques semaines.

A l’origine, Denis et Chrystel commercialisaient depuis quelques années des supports pour ordinateur portable (Laptopper) fabriqués en Asie. Après différents gros inconvénients et le sentiment qu’il était temps de sauter le pas, ils ont décidé courageusement de relocaliser toute la production.

Un excellent résultat ! Un produit 100% fabriqué en France et qui aide non seulement des artisans locaux, une entreprise de réinsertion mais qui est plus écologique.

Nous sommes partis à leur rencontre afin qu’ils nous racontent un peu mieux la belle aventure du Laptopper !

En Savoir Plus

Kialatok une belle initiative à découvrir!


Comment faire de la cuisine une innovation sociale? La réponse se trouve dans les ateliers Kialatok. Ce projet original développé par Florence Pellegrini et Kevin Berkane permet aussi bien à des particuliers qu’à des entreprises de se plonger dans une culture le temps d’un cours de cuisine.

YES!

Et si on décidait de dire oui à des initiatives percutantes! C’est le pari que s’est lancé il y a plus de dix ans le magazine Yes!.

Cette revue issue des Etats-Unis et plus précisément de l’Etat de Washington souhaite mettre en avant des initiatives et démarches prises dans les domaines sociaux, environnementaux et politiques. Tâche d’autant plus passionnante qu’elle est menée dans ce vaste pays que sont les Etats-Unis, à la fois plus gros consommateur dans beaucoup de domaines et à la pointe dans la recherche de certaines solutions. En bref, un pays assez contradictoire.

Ainsi depuis 1997, le trimestriel Yes! met en lumière ces diverses actions et tout cela pour contribuer à « un avenir meilleur » !

Au sommaire de ce trimestre : How cooperatives are driving the economy?

 Ces idées pourraient bien en faire germer d’autres !

Pour potasser les initiatives développées outre atlantique, rendez vous sur Yes!

Déjà 10 ans pour la Stanford Social Innovation Review !

Avec son ambition de mettre en avant des solutions à des problèmes globaux, la revue Stanford Social Innovation Review célèbrera au printemps ses dix années d’existence. Elle est publiée par la prestigieuse université de Stanford grâce au Stanford Center on Philanthropy and Civil Society.

En s’attachant à mettre en avant des acteurs du changement de divers secteurs, à savoir ONG, commerces ou encore gouvernements, cette revue a pu élaborer un panorama des différentes solutions d’un point de vue environnemental, social et économique. Ainsi de nombreux thèmes sont évoqués comme la microfinance, les droits de l’homme, les réseaux sociaux, etc.

Une vague de solutions et d’idées pour avancer vers le changement et surtout y contribuer!

Au sommaire du volume 11 de cette revue qui paraîtra au printemps 2013, des penseurs et acteurs de l’innovation sociale partagent leurs idées et les défis auxquels ils se confrontent.
Si vous ne connaissez pas encore cette revue, plongez vous dans sa lecture (en anglais seulement), vous ne serez pas déçu(e) !

 

Images provenant du site: http://www.ssireview.org/

La Disco Soupe, un projet à partager

Dans un de nos précédents articles nous vous avions présenté le concours de NOISE. Parmi les lauréats de nombreuses initiatives ont été récompensées. L’un des projets gagnants nous a séduits : la Disco Soupe. Mais qu’est ce que c’est ?

Le concept est simple et les mots d’ordre sont : recyclage et solidarité.

Plusieurs ingrédients sont nécessaires afin de réussir la Disco Soupe: récupérer les fruits et légumes invendues sur les marchés, réunir des volontaires pour cuisiner au rythme d’une bonne musique et distribuer le résultat aux personnes en difficulté.

Une idée simple et qui peut être répliquée dans le monde entier !

Pour vous donner une meilleure idée de cette initiative voici une vidéo ainsi que le récit de Maëva (en anglais) qui a participé à cette première Disco Soupe.

« Femmes de courage », femmes d’exception

Le 8 mars dernier, Michelle Obama et Hillary Clinton ont remis à dix femmes extraordinaires le prix « Femmes de courage ». Cette date est symbolique car c’est le jour international de la femme. Cependant nous pouvons nous questionner quant à l’intérêt de cette journée. Il est certain que le symbole qui en découle est important mais pourquoi faut il une journée pour rappeler à la majeure partie que les femmes ont également des droits.
Dans certaines cultures machistes, cette journée est l’occasion d’offrir des petits cadeaux et des fleurs aux femmes alors que les droits des femmes y sont quotidiennement bafoués. Pourtant cette occasion devrait être l’opportunité de rappeler tout ce qui reste à faire pour arriver à une certaine égalité, démontrer que les droits des femmes ne sont toujours pas respectés.

Ainsi le fait d’honorer 10 femmes du monde qui ont lutté pour les droits des femmes au détriment de leur vie mais toujours avec conviction est une belle initiative. 10 femmes aux cultures et aux luttes différentes reconnues pour leur action qui fait changer la société et tente de la faire évoluer.

Safak Pavey entourée de Michelle Obama et Hillary Clinton

Cette sixième édition a ainsi récompensé entre autres, Safak Pavey qui est la première femme handicapée à avoir été élue au Parlement turc en Juin 2011, elle donne sa voix aux personnes handicapées, aux femmes et aux minorités turques. Avant d’accéder à ce poste, elle faisait partie du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève.

Jineth Bedoya Lima faisait également partie des femmes de courage de cette cérémonie. Cette journaliste colombienne a été kidnappée, violée et torturée il y a 12 ans alors qu’elle réalisait un reportage dans la prison La Modelo à Bogotá. L’impunité autour de son cas est démontrée par le fait qu’il n’y a toujours pas eu de jugement alors qu’un des paramilitaires a avoué. Malgré cette injustice et les menaces dont elle est victime, Jineth Bedoya continue à se battre pour les droits des femmes en Colombie.

Une autre femme qui a essayé de changer les choses dans le climat conservateur du Pakistan est Shad Begum. En voulant améliorer l’éducation et le système de santé, elle a été confrontée aux membres masculins du Conseil qui refusaient de l’écouter. Aujourd’hui elle a fondé une association qui développe des initiatives de microcrédit, améliore l’accès à l’éducation et aux services de santé et propose des formations politiques. Avec ses convictions et sa détermination elle a réussi à obtenir une place dans la vie politique ultra conservative locale.

[Photo issue du site: http://www.hurriyetdailynews.com/turkish-mp-receives-international-woman-of-courage-award.aspx?pageID=238&nID=15621&NewsCatID=338]

Le projet KONSTELACIO, une étoile à suivre

Aujourd’hui nous avons choisi de vous présenter le projet de Charlotte Courtois. Grâce à une interview, cette jeune bretonne nous parle de la naissance de cette prochaine aventure et nous fait rêver avec ses belles idées !

De quoi est né le projet Konstelacio ?

J’ai toujours été fascinée par la diversité culturelle. Ces petites choses qu’on fait différemment (manger, saluer, célébrer certains événements…) mais aussi celles que nous avons en commun (le besoin d’amour et de respect par exemple). Or je suis convaincue que lorsque l’on se construit en tant que personne, on a besoin de découvrir que la différence n’est pas effrayante mais intéressante. Konstelacio est donc née de cette envie de montrer aux enfants que le dialogue et la tolérance sont plus sains que le rejet et les stéréotypes.

En quoi consiste Konstelacio ?

Konstelacio va permettre aux enfants d’être sensibilisés à la diversité culturelle. Pour ce faire, des élèves de CE2-CM1 de plusieurs pays vont créer des livrets qui présentent leur culture et leurs traditions. Ils écrivent et illustrent tout d’abord des récits sur la base de journées types (une journée à l’école, un mariage, un anniversaire…). Ils ajoutent ensuite un certain nombre d’éléments qui constituent le « pot-pourri » : une chanson, un jeu de cour de récréation, une description des vêtements traditionnels… Tout ceci est réuni dans un livret pour chaque école et les livrets sont ensuite échangés entre les pays participants.
On joue ainsi sur l’implication des enfants dans la création de leur propre outil pédagogique afin d’atteindre notre objectif de sensibilisation.

Que penses-tu obtenir comme résultats ? Quelles sont tes attentes ?

Ce projet est un pilote. Je vais donc pouvoir tester l’idée et voir comment les enfants réagissent. Le but est en effet de leur donner envie de découvrir les autres cultures, de poser des questions, de se renseigner et d’éviter au maximum les stéréotypes. Il y a donc tout un travail de réflexion sur comment mieux comprendre les autres cultures. Les enfants découvrent également leur propre culture. Mieux comprendre son prochain permet de mieux se comprendre soi-même et inversement !
Konstelacio a déjà été mis en place dans une école de Bretagne et les résultats sont très prometteurs. Les enfants sont très réceptifs et enthousiastes. Ils ont hâte de découvrir comment vivent les enfants des autres pays.

Comment est-ce possible de te soutenir ?

Un tel projet demande bien entendu un budget relativement conséquent. Il est donc possible de soutenir Konstelacio financièrement en faisant un don (en envoyant un chèque à l’ordre de Konstelacio au 6 rue des Dalliots 22410 Tréveneuc).
Vous pouvez aussi me faire part de vos idées lumineuses ou contacts en me laissant un message via le site web (rubrique « Me contacter »), son forum ou la page facebook.

Une phrase que tu souhaites partager !

La suggestion de Sophie, 10 ans, pour que les enfants découvrent les autres cultures : « On pourrait faire une journée comme dans les autres pays à l’école et que dans les autres pays ils fassent une journée comme chez nous (par exemple faire une journée anglaise en mangeant un petit-déjeuner anglais, en mettant un uniforme pour aller à l’école…) »
Comme quoi, les enfants ont plein de jolies idées pour favoriser le dialogue entre les cultures, il suffit de leur donner la parole pour s’en rendre compte!

Les liens vers tes sites et pour suivre ton aventure ou encore te financer !
Le site internet : www.konstelacio.org
La page facebook : www.facebook.com/konstelacio

Si ce projet vous a plu, n’hésitez pas à le suivre et à le soutenir !

Anaïs P.

Jimmy Fairly, l’impact social en mode Web 2.0

Comme vous le savez tous, nous sommes toujours à la recherche de projets socialement innovants et d‘entreprises qui changent le monde d’une certaine façon…

C’est pour cela que nous avons décidé de vous parler aujourd’hui d’un site e-commerce qui a retenu notre attention.

Alors non, il ne s’agit pas d’un social business ou d’une entreprise sociale, mais c’est justement pour cela que nous trouvons l’initiative d’autant plus intéressante.

Oui, Jimmmy Fairly est une toute nouvelle boutique en ligne à la mode qui vend des lunettes de vue et de soleil exclusivement sur internet, avec des modèles fait maison par des designers français et fabriqués à la main en italie.

Jusque là, me direz-vous, rien de très intéressant pour notre blog ? Eh bien si ! Car la particularité de cette nouvelle marque, en plus d’avoir un site internet qui claque, au design classe et cosy et de belles montures, réside dans la conscience sociale de ses créateurs qui se matérialise par le « Buy one, Give one ».

Le Buy one Give one est un concept simple : pour chaque paire de lunettes achetée, Jimmy Fairly donne une paire à une personne dans le besoin. Selon l’OMS, un milliard de personnes dans le monde n’a pas accès à des soins optiques. Il faut savoir que l’accès à ces soins permettrait une augmentation de 20% de leurs revenus et une nette amélioration de leur qualité de vie.

Acheter une paire de lunettes Jimmy Fairly est donc un acte engageant et engagé.

De plus, Jimmy Fairly s’est associé avec plusieurs ONG et agit en tant que partenaire :

Voir la Vie développe ainsi en partenariat avec Jimmy Fairly un centre d’optique à Kindia. C’est la marque qui fournit les montures et les verres nécessaires à la formation et à la fabrication de lunettes pour les patients en convalescence.

L’association Peuples d’Himalaya effectue des consultations médicales au Zanskar, en Inde, à plus de 4000m d’altitude. A cause des UV et du soleil, de très fortes brulures de la rétine sont observées chez ces personnes. Jimmy Fairly leur fournit donc des paires de lunettes de soleil et de vue (à dioptries positive) adaptées afin de protéger la vue des enfants durant leur croissance où la rétine est la plus fragile.

Voici donc un modèle d’entreprise qui vend différemment et incite à consommer autrement en donnant un véritable sens à son acte d’achat. En appliquant le concept du Buy One Give One, l’entreprise fait un choix stratégique qui lui donne l’opportunité de répondre à une problématique sociale liée à son coeur de métier tout en développant un positionnement différenciant lui permettant de se démarquer de ses concurrents : en bref, du gagnant-gagnant !

Nous ne pouvons qu’encourager ces initiatives qui associent à un concept en soi déjà innovant (la vente en ligne de lunettes not made in China, c’est déjà peu commun), la volonté d’avoir un impact social allant bien au-delà de leur activité commerciale… Pourquoi ne pas appliquer ce modèle à d’autres activités et créer des entreprises pérennes dotées d’une conscience sociale et environnementale, pourquoi ne pas inscrire cette ambition d’apporter une solution à un problème social au coeur de la mission de l’entreprise ?

Si Jimmy Fairly n’est pas un pur social business, chaque pierre compte et cette idée pourrait bien à terme générer un changement social à grande échelle, et ce d’autant plus si le succès est au rendez-vous.

Bravo encore Jimmy Fairly et longue vie au Buy One, Give one ! Prenez-en de la graines futurs change makers ;)

PS : Profitez-en dès aujourd’hui, c’est les soldes ;)

Denis B.

Le Laboratoire Colibris vous donne rendez-vous le 30 juin

A l’occasion du Laboratoire Colibris pour les Entreprises, une rencontre est proposée autour du thème « Concevoir et expérimenter dès aujourd’hui, l’entreprise du futur ».

Elle se déroulera le 30 juin de 15h à 19h30 à Couleurs des Mets- Villeurbanne. Elle est organisée en partenariat avec Entreprise du 5ème type, un groupe de travail qui depuis trois ans pense et expérimente des manières d’être et de manager qui sortent du système classique. Remettre les valeurs humaines au centre de son activité, donner un sens et permettre un développement à la fois individuel, collectif et durable.

A l’occasion de cette initiative, un groupe Colibris sera crée en Rhône-Alpes et permettra de développer un échange entre dirigeants d’entreprises qui souhaitent apporter des solutions neuves et adaptées aux défis de demain.

Si vous souhaitez vous inscrire ou encore obtenir des informations complémentaires sur les prochaines rencontres, écrivez à : labo.lyon@colibris-lemouvement.org

Pour cette rencontre, n’oubliez pas d’indiquer :

  • le nom de chaque participant
  • le nom de l’entreprise et lieu
  • un numéro de téléphone
  • si vous souhaitez vous joindre au dîner bio qui aura lieu après les différents échanges, n’oubliez pas de joindre votre participation (20€)

Anaïs P.

LeSocialBusiness.fr Copyright © 2013. Tous Droits Réservés