Mot-Clefentreprise sociale

1
A découvrir!!! Lilo le moteur de recherche qui finance des projets sociaux et environnementaux!
2
Demain, libérez votre créativité pour résoudre un problème social !
3
S’habiller HAPPY tout en soutenant un micro-entrepreneur : la promesse Ben & Fakto !
4
Les entrepreneurs Colibris, pour redonner la priorité à l’humain et à la nature
5
Participez au Prix Macif du Film Economie Sociale et Solidaire !
6
Les territoires en transition: pour une vision positive de l’avenir !
7
50 propositions pour développer l’Economie Sociale et Solidaire…
8
Initiez-vous au monde des coopératives au Québec !
9
Le sommet des Social Enterprise, un évènement à ne pas rater si vous êtes à San Francisco
10
Une école pas comme les autres

A découvrir!!! Lilo le moteur de recherche qui finance des projets sociaux et environnementaux!

Le saviez vous? Chacun de nous rapporte  en moyenne 30€ par an aux moteurs de recherche avec les liens commerciaux.

Maintenant imaginez que l’on puisse utiliser cet argent pour financer des projets sociaux et environnementaux et que ce soit vous qui puissiez choisir où va l’argent que vous générez ! Impossible pensez- vous?


Et pourtant! C’est ce rêve que Clément Le Bras, fondateur de Lilo, a transmis à Marc Haussaire il y a plus de 8 mois : « Nous voulons soutenir des projets d’hommes et de femmes qui œuvrent au quotidien pour changer les choses, nous ne croyons pas au pessimisme ambiant : nous pensons qu’il est possible d’agir, même à son échelle. Nous voulons donner l’opportunité à n’importe qui de contribuer à ces projets même sans avoir de temps ni d’argent !». Du rêve est né un produit bien réel, le moteur de recherche Lilo qui permet de financer des projets que les internautes peuvent eux-mêmes choisir simplement en reversant la publicité du moteur de recherche.

Comment ça marche ? A chaque recherche que vous faites avec Lilo, vous gagnez une goutte d’eau qui représente l’argent que vous avez généré grâce aux liens commerciaux affichés.

Vous pouvez ensuite attribuer vos gouttes d’eau aux projets que vous souhaitez soutenir via la plateforme de crowdfunding Lilo. Ces gouttes d’eau sont converties ensuite par Lilo en argent pour les projets.

Lilo utilise la technologie des plus grands moteurs de recherche ce qui lui permet de rivaliser avec les moteurs existants. En plus, Lilo protège votre vie privée en ne collectant pas les données !

Alors pas encore convaincu(e)s? N’attendez plus c’est par ici!!!

Demain, libérez votre créativité pour résoudre un problème social !

Avis aux étudiants et jeunes professionnels parisiens. Envie de vous frotter à l’entrepreneuriat social version pratique ? Dès demain, à l’Atelier, un nouveau rendez-vous du Social Workshop pour faire émerger un projet d’entreprise sociale en une journée chrono !

Vous connaissez déjà le principe du Social Workshop : un thème, des équipes de brainstorming pluridisciplinaires propices à l’innovation, des coachs et professionnels de l’entrepreneuriat social, des spécialistes de l’enjeu abordé et bien entendu, un jury chargé de récompenser les meilleurs projets.

Le thème choisi pour l’atelier de demain ?

Comment rendre accessible aux personnes précaires des services ou des produits permettant une amélioration de leurs conditions de vie ?

Foncez vous inscrire à cette journée pour faire bouillonner vos méninges autour de cette problématique fondamentale et donner naissance à des projets innovants et viables !

Et, qui sait, peut-être continuerez-vous l’aventure en lançant l’initiative, aidé par les contacts fournis par le Social Workshop…

Détails de l’événement :

Samedi 17 mars

9h-20h

L’Atelier IDF (8-10 impasse Boutron, 75010 Paris)

Et plus d’infos sur http://www.socialworkshop.org/blog/evenement/

S’habiller HAPPY tout en soutenant un micro-entrepreneur : la promesse Ben & Fakto !

Dans quelques jours à peine, vous pourrez vous habiller en ligne en mode HAPPY sur BEN & FAKTO, un concept-store online à la promesse ambitieuse : ré-humaniser vos achats vestimentaires !

Emmenée par 3 jeunes fraîchement diplômés d’école de commerce et gonflés à bloc, la boutique en ligne Ben & Fakto se donne pour mission de vous proposer une expérience de shopping incroyable en mode happy. Mais c’est quoi, au juste, la mode Happy ?

B & F est né d’un constat : l’industrie textile néglige trop souvent les impacts sociaux et environnementaux de son activité (pratiques de production peu scrupuleuses au regard des droits de l’Homme, empreinte environnementale souvent catastrophique, toxicité de certaines matières, relations peu équitables avec les fabricants, etc.). Pour autant, bon nombre d’initiatives de « mode éthique » oublient la composante « mode » de leurs produits. Résultat : la mode responsable ne séduit pas les véritables fashionistas.

Animée d’une réelle volonté de « bien faire », qu’elle affiche fièrement dans son nom (Ben & Fakto se référant à l’expression latine bene facto = bonnes actions), l’équipe ambitionne de s’attaquer à ce problème en dénichant pour nous les meilleures marques du moment qui changent la mode en parvenant à allier style et sens. Made in France, coton bio, commerce équitable, les jeunes marques et créateurs mis à l’honneur prennent le pari de faire rimer durable et désirable pour notre plus grand plaisir !

Et comme un clin d’œil, le logo de la marque, symbolisant l’union, fait écho à ce désir de réconcilier le bien et le beau.

Mais ce n’est pas tout… Cerise (bien juteuse) sur le gâteau, Ben & Fakto investit 10% du montant total de votre commande dans un projet de micro-crédit de votre choix, rien que ça ! Le tout savamment orchestré par Babyloan. Histoire de vous faire plaisir tout en donnant de l’espoir et un petit coup de pouce à des entrepreneurs du monde entier désireux de prendre en main leur avenir. Pour ce qui est de l’avenir de la mode, on laisse Ben & Fakto s’en charger !

Bref, c’est tout ça, acheter en mode happy, et c’est résumé simplement dans le motto de Ben & Fakto : Buy happy, Help makers.

L’ouverture officielle de la boutique est prévue pour le 9 novembre. Mais les plus impatients peuvent déjà découvrir la boutique en avant-première avec le mot de passe « social business » ;)

Et jusqu’au 17 novembre, à chaque nouveau fan sur la fanpage facebook Ben & Fakto, 1 euro est reversé à l’un des 3 micro-entrepreneurs sélectionnés. De quoi vous donner envie d’aimer d’emblée Ben & Fakto et de partager l’info !

Les entrepreneurs Colibris, pour redonner la priorité à l’humain et à la nature

Dans un de nos précédents articles, nous vous avions présenté Pierre Rabhi, grand homme de ce monde qui fait sa part pour changer les choses et faire évoluer la société vers des valeurs solidaires et simples.

Aujourd’hui, nous avons décidé de vous présenter une des activités de Colibris, l’association de Pierre Rabhi. En effet, depuis 2009 elle a appelé de nombreux entrepreneurs à devenir entrepreneurs colibris. Les entreprises qui décident de s’engager dans cette démarche ont la volonté de partager les valeurs chères à Pierre Rabhi et à son association, à savoir la force de l’autonomie, la promotion du local, la coopération mais également la sobriété heureuse. Mais c’est aussi replacer l’humain au cœur des activités et ainsi bâtir une société qui a davantage de sens.

A titre d’exemple d’entrepreneur Colibri, nous avons décidé de vous présenter brièvement les jardins de Gaïa. Cette entreprise, leader du thé bio en Europe, a, depuis sa création en 1994, décidé d’allier les aspects sociaux, environnementaux et économiques. Avec ses 350 variétés de thés et tisanes, mais aussi ses encens et ses livres, les jardins de Gaïa font figure d’entrepreneurs qui souhaitent militer pour défendre des valeurs humaines et environnementales. Ainsi leurs produits sont bios, équitables et pour certains labellisés Demeter (label pour l’agriculture en bio-dynamie). Les valeurs qui sont au centre de la philosophie de cette entreprise alsacienne sont le travail de proximité, les relations durables et proches avec leurs producteurs de provenances variées, le soutien à des petites coopératives, la diversité et la qualité des produits. Elle a ainsi à cœur de rester une organisation à taille humaine. Avec ses 40 employés, elle permet aux consommateurs de se réjouir tant par la qualité des produits que par le choix engagé qu’ils font lorsqu’ils décident d’acheter chez eux.

Parce qu’il est parfois peut être difficile d’agir au quotidien, soutenir les entrepreneurs Colibris, c’est croire en une société qui replace l’être humain au centre et qui prend surtout en compte son environnement et ce que la nature a à nous apporter.

Anaïs P.

Participez au Prix Macif du Film Economie Sociale et Solidaire !

Pour la quatrième année consécutive, la Macif, mutuelle d’assurances, vous invite à mettre l’économie sociale et solidaire sous le feu des projecteurs en organisant le Prix Macif du Film Economie Sociale et Solidaire sur DailyMotion !

Que vous soyez étudiant, amateur ou professionnel, chacun trouvera la meilleure façon de participer et d’interpeller le public sur une autre façon d’entreprendre incarnée par les acteurs de l’économie sociale et solidaire.

3 prix à la clef :

Le Prix Buzz Social et Solidaire – Vous voulez véhiculer un message fort et percutant invitant à agir pour plus de solidarité ? Réalisez un court métrage de moins de 2 minutes et incitez vos amis à voter sur internet : vous pouvez gagner jusqu’à 5000 euros !

Le Prix Emissions de Solutions – Vous rêvez de devenir réalisateur et voulez donner de la visibilité à un projet qui vous tient à coeur ? Ecrivez un story board et vous aurez peut-être la chance de devenir réalisateur d’un sujet pour le programme court de la Macif « Emission de Solutions » diffusé en prime time sur France 2 !

Le Grand Prix – Vous avez tourné un long-métrage mettant en avant l’économie sociale et solidaire ? Vous pouvez concourir pour le Grand Prix avec à la clef une dotation de 7500 euros !

Vous pouvez poster vos vidéos sur DailyMotion jusqu’au 31 octobre alors à vos caméras pour donner plus de visibilité à l’économie sociale et solidaire, une autre façon de concevoir l’économie, au service des hommes !

Retrouvez toutes les informations sur ce site

et les premières vidéos sur :
http://www.dailymotion.com/MACIF_jeu-concours

Chrystel C.

Les territoires en transition: pour une vision positive de l’avenir !

Face au pic pétrolier et au changement climatique, beaucoup d’entre nous en viennent à se demander comment allons-nous nous nourrir? Comment allons-nous nous déplacer? Comment allons-nous produire de l’énergie et des biens?, etc. Que de questions angoissantes et qui parfois nous contraignent à percevoir les prochaines décennies de façon noire et déprimante.

Cependant il existe des solutions !!!!! Les groupes de transition.
En refusant de sombrer dans le pessimisme, ils agissent et mettent en place différentes actions comme:

  • Recréer une agriculture locale et biologique,
  • Structurer des réseaux d’entrepreneurs locaux,
  • Bâtir des écoquartiers,
  • Développer les énergies renouvelables, etc.

Ce mouvement a été lancé par Rob Hopkins et ses étudiants à Kinsale (Irlande) et a permis en 2006 à Totnes (Angleterre) de devenir la première ville en transition. Actuellement, il existe plus de 250 initiatives de transition dans le monde.
Non seulement ces groupes mettent en place des modèles viables mais ils permettent de recréer du lien social autour de grands événements.
Nous avons décidé de vous présenter ces initiatives car elles incitent à construire un monde durable et équitable, ce qui englobe les valeurs inhérentes au social business.

Pour en savoir davantage sur ce mouvement, voici un lien vers le site internet à l’origine du projet: http://www.transitionnetwork.org/
Le site internet français: http://villesentransition.net/transition/
Et davantage d’informations sur Ekopédia.

Anaïs P.

50 propositions pour développer l’Economie Sociale et Solidaire…

Il y a 6 mois, le Premier Ministre François Fillon émettait le souhait de construire « une politique ambitieuse de développement de l’économie sociale et de l’entrepreneuriat social« , notamment pour combler le retard français par rapport à certains pays européens, et confiait au député Francis Vercamer la mission de réaliser une étude sur les moyens à mettre en oeuvre pour mener à bien cette ambition.

Le 28 avril dernier, le « Rapport sur le Développement de l’Economie Sociale et Solidaire » – sous-titré « Entreprendre autrement pour la croissance et l’emploi » – a été remis à Marc-Philippe Daubresse, Ministre de la Jeunesse et des Solidarités Actives récemment nommé et Laurent Wauquiez, Secrétaire d’Etat à l’Emploi.

Le député du Nord rend ses conclusions de manière claire et complète dans un document de près de 200 pages dont la rédaction s’est voulue une démarche participative impliquant l’ensemble des acteurs du secteur intéressés.

Après avoir brossé un portrait quantitatif de l’Economie Sociale et Solidaire en rappelant notamment qu’elle emploie 1 salarié sur 10 et représente entre 7 et 8% du PIB, il s’attache à faire émerger les constats principaux issus des observations et discussions avec les acteurs. Tout d’abord, il ressort que le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire, malgré son caractère protéiforme, affiche une réelle unité. Une unité qui se traduit notamment par la volonté marquée du secteur de faire l’objet de politiques spécifiques prenant en compte ses besoins mais aussi son potentiel extraordinaire et ses atouts.

Face à ces constats, 4 grandes orientations sont préconisées afin de guider l’action à mener pour développer le secteur :

- Travailler sur la reconnaissance et la visibilité du secteur.

- Faciliter l’accès du secteur aux dispositifs d’aide et d’accompagnement existants, notamment financiers.

- Créer de nouveaux dispositifs pour répondre aux besoins singuliers du secteur.

- Mieux intégrer l’Economie Sociale et Solidaire dans les politiques publiques.

Le rapport se termine par une ébauche de 50 propositions qui sont loin de toutes se valoir, c’est pourquoi nous vous proposons une petite sélection. Parmi ces suggestions, la fameuse question de la labellisation pour dépasser la diversité des statuts qui brouille les pistes apparait en tête de liste. Entre autres, il est également conseillé de mettre l’accent sur l’éducation en créant des programmes d’enseignement dédiés à l’Economie Sociale et Solidaire dès le secondaire ainsi que de travailler sur la promotion du secteur auprès des étudiants afin de favoriser son attractivité sur le marché de l’emploi et ainsi dynamiser cette niche qui tend à vieillir. Enfin, nous retenons la proposition de créer un réseau d’incubateurs régionaux afin de favoriser la création d’entreprises sociales.

De ces 50 propositions, reste à savoir combien seront mises en pratique par le gouvernement. Dans les semaines à venir, les acteurs du secteur doivent être réunis au sein d’un Conseil Supérieur de l’Economie Sociale afin d’avancer rapidement sur les actions à initier. Le Ministre fraîchement nommé a ici matière à agir!

Téléchargez ici l’intégralité du rapport.

Chrystel C.

Initiez-vous au monde des coopératives au Québec !

L’entrepreneuriat coopératif vous intéresse? Vous songez à démarrer une coopérative maintenant ou plus tard? Vous êtes tout simplement curieux et désireux d’en savoir plus sur ce modèle alternatif?

L’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse soutient, en partenariat avec le Ministère des Affaires étrangères et européennes, la participation de jeunes français et francophones à l’Ecole des Jeunes Créateurs de Coopératives qui aura lieu du 9 au 22 août 2010 sur le Campus de l’Université de Sherbrooke (Québec), au Canada.

L’École s’adresse aux jeunes francophones, âgés de 18 à 35 ans, qui désirent découvrir les compétences nécessaires pour la création et la gestion d’une coopérative et développer leur potentiel entrepreneurial.

Le défi ? Au sein d’une équipe multiculturelle, les participants devront construire en 2 semaines, en s’appuyant sur leur talent mais également sur une série de conférences et modules de formation, un projet d’affaires coopératif réaliste qu’ils présenteront à un jury de spécialistes du secteur qui désignera les lauréats.

En bref, une occasion unique de s’initier au monde des coopératives tout en enrichissant son réseau dans le secteur de l’économie sociale et solidaire au Canada.

Pour en savoir plus et poser votre candidature avant le dimanche 6 juin, rendez-vous sur le site de l’OFQJ.

Chrystel C.

Le sommet des Social Enterprise, un évènement à ne pas rater si vous êtes à San Francisco

Du 28 au 30 avril aura lieu à San Francisco le Social Enterprise World Forum. Ce 3ème sommet permettra de rassembler plus de 500 acteurs du social business. C’est un moyen de rencontrer, d’échanger, de découvrir des entreprises et des personnes qui travaillent quotidiennement pour faire évoluer ce nouveau secteur.

Au programme : des conférences, des ateliers, des visites d’entreprises qui ont intégré un business model ayant un réel impact social mais également une remise de prix pour des projets innovants dans le domaine.

Vous n’êtes pas convaincus alors regardez cette vidéo (en anglais)
Et si vous souhaitez en savoir davantage sur cet évènement qui s’annonce être passionnant, voici le lien vers le site internet (en anglais)
Anaïs P.

Une école pas comme les autres

Nous voici de retour après quelques semaines d’absence…

Afin que notre blog vous fasse voyager derrière votre écran, nous avons décidé de vous présenter régulièrement des initiatives qui nous ont touchés et qui viennent d’autres pays.

Aujourd’hui nous avons pris nos sacs à dos virtuels pour vous emmener aux Etats Unis et vous parler d’une initiative remarquable.

L’aventure d’Agnes Stevens a commencé avec un livre de Jonathan Kozol sur les familles de sans-abri aux Etats Unis. Ce livre l’a bouleversé quant à la situation des enfants sans-abri.

school on wheels

C’est ainsi qu’en 1993 cette enseignante retraitée a décidé de faire de cette cause son combat et a crée l’organisation School on Wheels.

Celle-ci offre à ces enfants une possibilité d’avoir un tuteur hebdomadaire mais aussi des fournitures scolaires, sacs et uniformes.

photo_Agnes StevensElle a également mis en place un numéro gratuit afin que les enfants puissent rester en contact avec School on Wheels. Les volontaires conseillent les parents quant aux démarches pour entrer à l’école et aux opportunités existantes pour leurs enfants.
Cette école est principalement basée en Californie où le nombre de sans abris est l’un des plus élevés aux Etats Unis. A l’heure actuelle School on Wheels compte plus de 1 000 volontaires dans le Sud de la Californie.
Cette superbe initiative a d’ailleurs été recompensée par de nombreuses distinctions, dont dernièrement le prix Minerva 2009.

Toute cette histoire a commencé grâce à la determination de cette femme qui a été touchée par le sort de ces enfants.

Ceci nous prouve encore une fois qu’une personne peut changer la vie de milliers d’autres.

Agnes a décidé de prendre une année sabbatique pour silloner les Etats Unis dans sa petite voiture rouge afin de sensibiliser d’autres communautés à son combat.

- Pour plus d’informations, voici le site internet: http://www.schoolonwheels.org/

- Le livre de Jonathan Kozol – Rachel and her children: homeless families in America

- Le site de Women’s Conference qui délivre le prix Minerva: http://www.womensconference.org/minerva-awards

Anaïs P.

LeSocialBusiness.fr Copyright © 2013. Tous Droits Réservés