Mot-Clefentrepreneurs

1
« SHAMENGO » : à la rencontre d’un monde de pionniers
2
Jimmy Fairly, l’impact social en mode Web 2.0
3
Sur un petit air de printemps
4
Avis aux étudiants de business schools : participez à la Global Social Venture Competition 2010-2011 !
5
KIVA : la première plateforme de prêts à des entrepreneurs
6
“Avec presque rien on peut changer presque tout”
7
Les Entrepreneurs sont faits pour changer le monde…

« SHAMENGO » : à la rencontre d’un monde de pionniers

Avec son objectif de faire découvrir des entrepreneurs dans le monde entier, le programme « Shamengo » a réussi son pari. Ce site internet nous permet de rencontrer des hommes et des femmes qui au quotidien veulent contribuer au changement de notre société et à la construction d’un autre monde.

L’équipe de professionnels (journalistes, cameramen, rédacteurs, etc.) de « Shamengo » nous fait découvrir des initiatives dans divers domaines et dans de nombreux pays. Laissez vous séduire par ce flux d’informations positives et qui sait peut être que vous serez le prochain pionnier ! Pour vous donner un avant-goût, regardez la bande-annonce ! Des vidéos à regarder et surtout à partager !

Anaïs P.

Jimmy Fairly, l’impact social en mode Web 2.0

Comme vous le savez tous, nous sommes toujours à la recherche de projets socialement innovants et d‘entreprises qui changent le monde d’une certaine façon…

C’est pour cela que nous avons décidé de vous parler aujourd’hui d’un site e-commerce qui a retenu notre attention.

Alors non, il ne s’agit pas d’un social business ou d’une entreprise sociale, mais c’est justement pour cela que nous trouvons l’initiative d’autant plus intéressante.

Oui, Jimmmy Fairly est une toute nouvelle boutique en ligne à la mode qui vend des lunettes de vue et de soleil exclusivement sur internet, avec des modèles fait maison par des designers français et fabriqués à la main en italie.

Jusque là, me direz-vous, rien de très intéressant pour notre blog ? Eh bien si ! Car la particularité de cette nouvelle marque, en plus d’avoir un site internet qui claque, au design classe et cosy et de belles montures, réside dans la conscience sociale de ses créateurs qui se matérialise par le « Buy one, Give one ».

Le Buy one Give one est un concept simple : pour chaque paire de lunettes achetée, Jimmy Fairly donne une paire à une personne dans le besoin. Selon l’OMS, un milliard de personnes dans le monde n’a pas accès à des soins optiques. Il faut savoir que l’accès à ces soins permettrait une augmentation de 20% de leurs revenus et une nette amélioration de leur qualité de vie.

Acheter une paire de lunettes Jimmy Fairly est donc un acte engageant et engagé.

De plus, Jimmy Fairly s’est associé avec plusieurs ONG et agit en tant que partenaire :

Voir la Vie développe ainsi en partenariat avec Jimmy Fairly un centre d’optique à Kindia. C’est la marque qui fournit les montures et les verres nécessaires à la formation et à la fabrication de lunettes pour les patients en convalescence.

L’association Peuples d’Himalaya effectue des consultations médicales au Zanskar, en Inde, à plus de 4000m d’altitude. A cause des UV et du soleil, de très fortes brulures de la rétine sont observées chez ces personnes. Jimmy Fairly leur fournit donc des paires de lunettes de soleil et de vue (à dioptries positive) adaptées afin de protéger la vue des enfants durant leur croissance où la rétine est la plus fragile.

Voici donc un modèle d’entreprise qui vend différemment et incite à consommer autrement en donnant un véritable sens à son acte d’achat. En appliquant le concept du Buy One Give One, l’entreprise fait un choix stratégique qui lui donne l’opportunité de répondre à une problématique sociale liée à son coeur de métier tout en développant un positionnement différenciant lui permettant de se démarquer de ses concurrents : en bref, du gagnant-gagnant !

Nous ne pouvons qu’encourager ces initiatives qui associent à un concept en soi déjà innovant (la vente en ligne de lunettes not made in China, c’est déjà peu commun), la volonté d’avoir un impact social allant bien au-delà de leur activité commerciale… Pourquoi ne pas appliquer ce modèle à d’autres activités et créer des entreprises pérennes dotées d’une conscience sociale et environnementale, pourquoi ne pas inscrire cette ambition d’apporter une solution à un problème social au coeur de la mission de l’entreprise ?

Si Jimmy Fairly n’est pas un pur social business, chaque pierre compte et cette idée pourrait bien à terme générer un changement social à grande échelle, et ce d’autant plus si le succès est au rendez-vous.

Bravo encore Jimmy Fairly et longue vie au Buy One, Give one ! Prenez-en de la graines futurs change makers ;)

PS : Profitez-en dès aujourd’hui, c’est les soldes ;)

Denis B.

Sur un petit air de printemps

Les oiseaux qui gazouillent, la nature qui nous offre ses plus doux parfums, le soleil qui nous réchauffe la peau ainsi que le cœur. Le printemps n’est-il pas la meilleure saison pour décider de changer ? D’avancer vers des choses nouvelles ? De contribuer à la prise de conscience que nous vivons dans un monde matériel qui ne laisse plus place aux valeurs essentielles ?

Cet article est un plaidoyer pour le changement. Prendre le temps de regarder l’évolution d’une fleur, d’écouter le bruit des oiseaux au lieu du son de son Ipod, prendre le temps également de retrouver les siens et de partager des moments simples. Un dîner composé avec des fruits et légumes de saison si possibles bios. Décider de se déplacer à pied ou de prendre son vélo. Sourire à la vie, car je suis convaincue du bien fondé de l’optimisme.
A travers ces quelques lignes, je cherche juste à vous toucher sur tout ce qui nous entoure, que même si le monde est totalement déréglé, déconnecté des réalités naturelles qui lui servent pourtant de fondations, il existe encore des choses à faire au quotidien pour, à son échelle, se diriger vers la si connue « sobriété heureuse » de Pierre Rabhi.

Cet article également pour vous parler de TEDx (= independently organized events), une organisation étatsunienne, qui a pour but de diffuser la connaissance mais également des idées neuves et alternatives. TEDx consiste en l’organisation d’événements où de nombreux intervenants viennent partager leurs idées. Tout cela dans le but de changer les attitudes et les vies de milliers de gens. Ainsi de nombreux grands esprits se sont retrouvés sur la scène de TEDx.

Nous vous invitons à aller les découvrir sur le site à la base du mouvement : http://www.ted.com mais également sur le site de TEDx Paris, qui s’est développé il y a quelques années : http://www.tedxparis.com . La communauté TEDx ne cesse de s’agrandir avec des événements partout dans le monde. Et si vous faisiez parti(e) du mouvement ?

Anaïs P.

Avis aux étudiants de business schools : participez à la Global Social Venture Competition 2010-2011 !

La Global Social Venture Competition (GSVC) est une compétition internationale de Business Plans réservée à des projets d’entreprises alliant viabilité économique et impact social ou environnemental. Elle permet aux participants de rencontrer des investisseurs intéressés par les projets d’entrepreneuriat social, d’être coachés par des professionnels du secteur et, pour les vainqueurs, de remporter un prix compris entre 5000 et 25000 $. Cette compétition est pilotée par la Haas School of Business de l’Université de Berkeley en Californie et relayée sur la zone francophone Europe, Afrique, Moyen‐Orient par l’Institut de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Social (IIES) de l’ESSEC et son incubateur social ANTROPIA.

L’édition 2009-2010 de la compétition a réuni 501 participants issus de 145 universités dans 30 pays autour de projets dans des secteurs aussi divers que l’éducation, la technologie, la santé, le développement, l’agriculture et bien d’autres. Cette édition a été marquée par une forte présence d’équipes pluridisciplinaires, alliant une technologie développée par des ingénieurs et portée commercialement par des étudiants de business schools. Sur la zone Europe / Afrique / Moyen-Orient, 3 projets francophones ont été sélectionnés pour la finale mondiale à Berkeley.

[youtube aExYRUzIq0M]

Si vous avez ou connaissez un projet économiquement viable et à dimension sociale ou environnementale, n’hésitez pas, présentez votre candidature ! La date limite d’envoi des business plans est fixée au 10 décembre 2010.

Pour en savoir plus et remplir le formulaire d’inscription en ligne (rubrique “je veux participer”): cliquez ici

KIVA : la première plateforme de prêts à des entrepreneurs

Fondée en octobre 2005 et basée en Californie, cette ONG permet à de nombreuses personnes de prêter de l’argent (grâce au principe de la micro-finance) à des entrepreneurs de pays plus pauvres.

Elle a pour objectif de lier des individus afin de remplir sa mission principale qui est la lutte contre la pauvreté.

Les valeurs de Kiva sont simples : la dignité grâce à la création de véritables relations de partenariats, la responsabilité de rendre compte (il s’agit en effet de prêts et non de donations) et enfin la transparence qui est mise en avant par cette plateforme ouverte représentée par le site web de Kiva.

Mais comment cela marche-t-il ? Réponse en 6 étapes :

  1. Kiva a des partenaires locaux dans les pays en voie de développement qui sont en général des instituts de micro-finance. Ces acteurs sont en contact avec les entrepreneurs et prennent ainsi leur photo et notent leur projet.
  2. Les partenaires locaux téléchargent ainsi le profil de l’entrepreneur sur le site internet de Kiva.
  3. Les prêteurs choisissent un entrepreneur à qui ils souhaitent prêter de l’argent à l’aide de leur souris et leur connexion internet. Le transfert se fait grâce à Paypal ou à l’aide d’une carte de crédit.
  4. Kiva envoie les prêts effectués au partenaire local qui fournira l’argent à l’entrepreneur.
  5. L’entrepreneur rembourse son prêt au fur et à mesure au partenaire local. Ce dernier est en contact permanent avec Kiva.
  6. Quand le prêteur est remboursé, s’il le souhaite il pourra décider de prêter son argent à un autre entrepreneur ou encore faire un don à Kiva.


Il s’agit d’une manière simple et sûre d’aider des entrepreneurs qui ont besoin de peu pour arriver à réaliser leurs projets. Cette initiative a été d’ailleurs reconnue par de nombreux acteurs tels que The Times, The Skoll Foundation, 50 Best Websites 2008, etc.

Kiva bénéficie également d’un réseau de partenariats d’entreprises et institutions assez important. Nous pouvons entre autres citer Google, Youtube, Ernst&Young ou encore Ashoka, Clinton Global Institute et bien d’autres.
Si vous souhaitez en connaître davantage ou encore faire partie de l’aventure en prêtant vous aussi, voici le site internet (en anglais)


Anaïs P.

“Avec presque rien on peut changer presque tout”

Voici la devise d’Entrepreneurs du Monde qui depuis 1998 vient en aide aux plus pauvres en leur permettant de développer une petite activité économique grâce à un accès au crédit, à l’épargne ou encore à des formations.


Cette association française de solidarité internationale est présente dans 9 pays et permet à de nombreuses familles de vivre du micro-crédit. Elle fait ainsi évoluer sa méthode en permanence, en échangeant avec d’autres ONG, ou encore en innovant grâce à de nouvelles approches. En ayant recours à des partenaires locaux, elle peut identifier les besoins réels des différentes familles.

Ainsi ses principes d’actions sont : proximité avec les familles bénéficiaires, flexibilité pour toucher les plus pauvres, proposition d’un prêt et d’un outil d’épargne et enfin construction d’un accompagnement complet. Une fois que le projet est lancé, l’association aide l’équipe locale à devenir autonome en tentant de trouver des subventions locales ou encore en amenant progressivement à un autofinancement de l’activité de micro-crédit.

Si vous souhaitez faire un don à cette association, il existe différentes façons : don ponctuel ou via le parrainage d’une agence.

Et si vous souhaitez lire des témoignages d’entrepreneurs ou en savoir plus sur les différents projets, retrouvez les sur leur site internet .

Anaïs P.

Les Entrepreneurs sont faits pour changer le monde…

Pour bien commencer la semaine, nous vous proposons cette vidéo que nous trouvons très inspirante.

Il ne s’agit pas d’une vidéo dédiée spécifiquement à l’entreprenariat social, mais plutôt à l’entreprenariat en général.

Elle propose une description de l’entreprenariat que nous trouvons adéquate et compatible avec l’idée que nous nous faisons du social business. Et elle prouve bien qu’il est dans les gênes des entrepreneurs d’améliorer, d’une façon ou d’une autre, le quotidien de la société et ainsi le monde dans lequel nous vivons.

Voici la vidéo, Bonne Semaine !

[youtube T6MhAwQ64c0]

LeSocialBusiness.fr Copyright © 2013. Tous Droits Réservés