1
Déjà 10 ans pour la Stanford Social Innovation Review !
2
« L’humain sera toujours une valeur sûre ! »
3
Ne manquez pas la rencontre avec le fondateur de The Big Issue!
4
A la recherche de volontaires pour Grameen Caldas!
5
Ne manquez pas la semaine des jeunes créateurs d’entreprise!
6
La Social Good Week débarque en France !
7
A vos caméras pour le concours MACIF sur l’habitat solidaire!
8
La Disco Soupe, un projet à partager
9
Découvrez GUST Project !
10
An interview with GRAMEEN CALDAS

Déjà 10 ans pour la Stanford Social Innovation Review !

Avec son ambition de mettre en avant des solutions à des problèmes globaux, la revue Stanford Social Innovation Review célèbrera au printemps ses dix années d’existence. Elle est publiée par la prestigieuse université de Stanford grâce au Stanford Center on Philanthropy and Civil Society.

En s’attachant à mettre en avant des acteurs du changement de divers secteurs, à savoir ONG, commerces ou encore gouvernements, cette revue a pu élaborer un panorama des différentes solutions d’un point de vue environnemental, social et économique. Ainsi de nombreux thèmes sont évoqués comme la microfinance, les droits de l’homme, les réseaux sociaux, etc.

Une vague de solutions et d’idées pour avancer vers le changement et surtout y contribuer!

Au sommaire du volume 11 de cette revue qui paraîtra au printemps 2013, des penseurs et acteurs de l’innovation sociale partagent leurs idées et les défis auxquels ils se confrontent.
Si vous ne connaissez pas encore cette revue, plongez vous dans sa lecture (en anglais seulement), vous ne serez pas déçu(e) !

 

Images provenant du site: http://www.ssireview.org/

« L’humain sera toujours une valeur sûre ! »

Ce titre évocateur n’est pas le prochain slogan à crier dans les rues mais le thème du concours photo organisé par la Fédération Nationale des Caisses d’Epargne.

Ce projet intitulé « Déclic et des Hommes » cherche à mettre en avant des initiatives locales, des hommes, des femmes qui agissent, des lieux, etc. Ce thème fait écho aux actions sociétales mises en place par la Caisse d’Epargne.

Le concours est ouvert à tous ! Les participants peuvent télécharger jusqu’à 3 photos prises avec tout type d’appareil. Pour chaque photo, un commentaire/une explication est nécessaire, afin de raconter au mieux la démarche et l’initiative décrite par la photo.

Alors n’attendez plus !

Il vous reste jusqu’au 28 février 2013 pour mettre en avant une initiative qui met l’Humain au cœur! Beaucoup de lots à gagner dont un équipement photo premium, d’une valeur de 1800 €.

A vos appareils, prêts, cliquez !
Pour plus d’informations sur le concours, un seul lien : Déclic et des Hommes .

Ne manquez pas la rencontre avec le fondateur de The Big Issue!

Mardi 11 décembre, le 108ème « Alter Mardis: Parlons Solutions » vous invite à rencontrer l’entrepreneur social John Bird. Personnage haut en couleurs, John Bird a connu la délinquance, la misère et surtout la rue.

C’est en 1991 qu’il décide de lancer le journal The Big Issue afin d’aider les sans domiciles fixes. Cet hebdomadaire est diffusé dans une dizaine de pays et intéresse 520 000 lecteurs chaque semaine. Il est rédigé par des journalistes professionnels qui traitent de sujets politiques et sociaux . Grâce à cette activité, 2 000 sans abris ont été suivis et accompagnés en Grande Bretagne et en 2011, ce sont 5 millions de livres sterling qui leur ont été attribuées directement. Ce projet a permis au francophone Macadam Journal d’être lancé.

Donc si vous êtes intéressé(e)s, n’attendez pas pour vous inscrire! Cela se déroule au Comptoir Général (80 quai des Jemmapes) de 19h15 à 20h45.

Et si vous ne pouvez pas vous déplacer, suivez l’évènement en direct!

A la recherche de volontaires pour Grameen Caldas!

 

 

Il y a quelques mois, nous vous avions présenté Grameen Caldas. Aujourd’hui cette organisation recherche des volontaires consultants en développement de Social Business. Voici l’offre!

 

Consultant en développement de Social Business

Nous recherchons des acteurs novateurs de changement social 

Profil de l’organisation :

Grameen est un groupe international d’entreprises et d’organisations aux objectifs sociaux, crée par le Professeur Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank et Prix Nobel dela Paix en 2006 pour son implication dans la réduction de la pauvreté au niveau mondial.

Grameen Caldas est un nouveau membre de la famille Grameen et est situé à Manizales en Colombie.  Avec la mise en œuvre d’une approche de développement hautement innovante, nous combinons les bénéfices du microcrédit avec le concept de social business développé par le Professeur Yunus. Ceci afin de répondre aux problèmes sociaux les plus significatifs de la région à savoir la nutrition, la santé, l’habitat et l’éducation.

Unique dans le monde, cette organisation établit les bases vers une nouvelle approche du développement local, régional et international.

Programme professionnel de volontariat :

Grameen Caldas gère un programme professionnel de volontariat qui joue un rôle fondamental dans la structure de l’organisation. L’objectif de ce programme est de permettre à des professionnels au profil social d’avoir l’opportunité de connaître le modèle innovant de Grameen tout en s’impliquant activement dans son développement.

Nous recherchons actuellement trois volontaires afin d’assister le développement de nouveaux social business liés aux domaines de la santé, l’éducation et la nutrition. Chacun de ces business se trouvent à une étape différente. Certains sont déjà des projets pilotes et d’autres ont besoin du développement de social business à Caldas. Les volontaires seront impliqués dans différentes étapes, en fonction du domaine auquel ils seront affectés.

Responsabilités, en fonction du domaine :

  •  Evaluer et améliorer le business plan du social business afin qu’il puisse être présenté à des investisseurs.
  • Concevoir et développer un modèle de business et un business plan dans un des domaines mentionnés.
  • Accompagner et conseiller les entrepreneurs dans la mise en place de leur business plan.
  • Réaliser des études de faisabilité afin de confirmer ou d’évaluer la viabilité du social business.
  • Déterminer des éventuels modèles de social business afin de répondre aux problèmes sociaux liés à l’un des domaines d’action déterminés.
  • Identifier des partenaires stratégiques pour chaque social business et développer des propositions qui permettent d’établir des accords de collaboration.

Notre candidat idéal a :

  •  Une forte motivation sociale et partage la vision de Grameen Caldas dans sa lutte contre la pauvreté dans la région.
  • Au moins deux ans d’expérience dans la gestion ou le développement d’entreprise.
  • Un diplôme dans la gestion d’entreprise, l’économie ou en ingénierie (un MBA est préférable).
  • Une fluidité en anglais (des notions basiques en espagnol sont un plus). Une expérience professionnelle et/ou académique internationale est préférable.
  • La volonté de se déplacer dans des zones rurales ou semi-urbaines, tout en s’impliquant dans la vie socioculturelle de la région.
  • D’excellentes compétences à l’oral et à l’écrit.
  • Une capacité à travailler dans une équipe de travail internationale et multidisciplinaire.
  • Une disponibilité d’au moins trois mois à temps complet pour travailler à Manizales (Colombie).

Que proposons-nous ?

  •  Faire partie de l’équipe d’acteurs du changement qui accompagnent le Professeur Yunus dans l’éradication mondiale de la pauvreté.
  • L’opportunité de s’impliquer activement dans le développement de Grameen Caldas et de former partie de la communauté internationale des organisations Grameen.
  • Un environnement de travail fortement innovant, dynamique et de haut niveau professionnel.
  • L’opportunité d’assumer des responsabilités concrètes dans le projet et être en contact avec différents acteurs de la société.
  • Un contrat de volontaire pour trois mois dans la ville de Manizales, capitale du département de Caldas en Colombie.
  • Un logement gratuit.

A qui ce programme est-il adressé?

Le programme de volontaire s’adresse aux professionnels intéressés par le développement de social business ou par les programmes de responsabilité sociale de l’entreprise. C’est également une opportunité unique pour des personnes qui souhaitent intégrer une perspective sociale dans leur carrière professionnelle ou acquérir une expérience précieuse dans le développement de nouveaux business traditionnels ou de social business.

Comment postuler ?

Les candidats intéressés par l’offre de « Conseiller en développement de social business », doivent dans un premier temps envoyer leur CV (maximum 2 pages) à talentohumano@grameencaldas.com, avec pour objet (du mail) « Volontaire Conseiller en développement de social business ». Par la suite le processus à suivre afin de pouvoir postuler sera envoyé aux candidats.

 

Ne manquez pas la semaine des jeunes créateurs d’entreprise!

L’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE) lance une semaine dédiée aux jeunes créateurs d’entreprise du 8 au 12 octobre. Afin d’informer et de faire découvrir les services qu’apporte l’ADIE, plus de 100 rencontres sont prévues dans toute la France.

Au programme: des présentations sur le microcrédit et les financements complémentaires, des formations, des témoignages de jeunes créateurs d’entreprises, etc.

N’attendez plus pour voir où se déroule la rencontre la plus proche de chez vous !

 

 

La Social Good Week débarque en France !

Du 25 septembre au 2 octobre, une vingtaine d’événements sont organisés autour du thème :

« Comment les nouvelles technologies rendent le monde meilleur ? ».

Afin de mettre en avant différentes initiatives qui permettent d’utiliser le numérique pour répondre à des problèmes environnementaux et sociaux, la Social Good Week vous propose 24 événements en France.

C’est l’occasion de découvrir le numérique solidaire!

Alors, n’attendez plus pour vous »> inscrire à un des événements de la Social Good Week !

Logo pris sur le site: http://www.socialgoodweek.com/

 

A vos caméras pour le concours MACIF sur l’habitat solidaire!

Depuis maintenant 6 ans, la MACIF (mutuelle assurance)  organise un concours qui récompense les meilleures vidéos sur des thème sélectionnés dans l’économie sociale et solidaire.

Cette année, le concours s’axe sur l‘habitat solidaire. Au coeur de cette thématique, recréer du lien social. Afin de tenter de gagner ce concours, la vidéo devra mettre en avant des idées originales, des initiatives existantes ou des projets futurs autour de ce thème.  Le concours est ouvert à toutes et à tous et est composé de deux prix:

- Le PRIX DU FILM WEB MACIF: film de moins de 2 minutes posté sur DailyMotion  et qui sera récompensé par le prix des internautes (2 vidéos ayant obtenu le plus de votes sur DailyMotion- prix de 1500€ et 1000€) et/ou le prix du jury (les 2 vidéos les plus appréciées par le jury- prix de 1500€ et 1000€).

- LE GRAND PRIX: film entre 10 et 90 minutes. Le gagnant remportera 5000€. Un prix « coup de coeur » sera également attribué à la deuxième vidéo qui aura marqué le jury et remportera 2500€.

Afin d’en savoir plus rendez-vous sur la page DailyMotion de la MACIF ou encore sur la page facebook. Et n’oubliez pas de remplir votre dossier d’inscription sur le site internet.

N’attendez plus, la date limite est le 10 octobre!

La Disco Soupe, un projet à partager

Dans un de nos précédents articles nous vous avions présenté le concours de NOISE. Parmi les lauréats de nombreuses initiatives ont été récompensées. L’un des projets gagnants nous a séduits : la Disco Soupe. Mais qu’est ce que c’est ?

Le concept est simple et les mots d’ordre sont : recyclage et solidarité.

Plusieurs ingrédients sont nécessaires afin de réussir la Disco Soupe: récupérer les fruits et légumes invendues sur les marchés, réunir des volontaires pour cuisiner au rythme d’une bonne musique et distribuer le résultat aux personnes en difficulté.

Une idée simple et qui peut être répliquée dans le monde entier !

Pour vous donner une meilleure idée de cette initiative voici une vidéo ainsi que le récit de Maëva (en anglais) qui a participé à cette première Disco Soupe.

Découvrez GUST Project !

Partir à la rencontre d’entrepreneurs innovants pas comme les autres ! C’est l’aventure dans laquelle 2 jeunes centraliens en césure se sont lancés depuis un an déjà.

Des entrepreneurs innovants certes, mais socialement ! Ces entrepreneurs dits sociaux s’attachent à remettre l’homme au cœur de leur entreprise, à partir des besoins des populations les plus pauvres ou les plus exclues pour proposer des solutions adaptées et économiquement viables. Imaginez une entreprise dont la vocation est la même que celle d’une ONG mais qui en adaptant son action parvient à dégager du profit, vous y êtes ! C’est cela que l’on appelle l’entrepreneuriat social … Une entreprise motivée par une cause sociétale dont le profit est perçu comme un moyen de mener, de pérenniser et de développer cette mission et non comme une fin en soi. En effet, une entreprise crée de la richesse, souvent de manière excédentaire à ce qui lui est nécessaire pour survivre et payer ses employés. La question qui se pose alors est que faire de cette richesse supplémentaire ?

L’entrepreneur social y répondra très clairement : accroître mon impact social !

Une conception de l’entreprise novatrice et tellement évidente, dont Maxime et Nicolas n’ont pourtant jamais entendu parler sur les bancs de l’école. Et pourtant en s’y penchant d’un peu plus près, le monde de l’éducation commence à s’intéresser de plus en plus à l’entrepreneuriat social, en attestent les récentes chaires ‘Economie et pauvreté’ de HEC et l’Institut de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Social de l’ESSEC. Mais celui-ci semble n’atteindre pour l’instant que les business schools…

Ce constat simple, couplé à l’envie de voyager à la rencontre d’exemples d’entrepreneurs inspirants, les a poussé à créer le projet GUST – Global Universities’ Social Trip – un voyage à travers l’Asie afin de faire se rencontrer des entrepreneurs sociaux et des étudiants des pays traversés.

Ce voyage se décompose en plusieurs missions de 3 semaines dans plusieurs grandes villes visitées.
En trois semaines, Maxime et Nicolas, accompagnés d’Elie un ami caméraman, rencontreront au minimum deux entrepreneurs afin de réaliser un documentaire de 6 à 10 minutes sur leur entreprise.
Parallèlement à cela, ils élaboreront en partenariat avec l’entrepreneur les bases d’un atelier de créativité, nommé Hold Up (d’idées), atelier destiné à faire plancher les élèves sur une des problématiques que rencontre l’entrepreneur.

Une fois tout ceci réalisé, l’équipe de GUST se rendra dans son université partenaire la plus proche, pour y diffuser ses reportages et y mener à bien ses ateliers avec les élèves.

Un exemple concret d’entrepreneur agissant à côté de chez soi, un passage à l’action lors de d’ateliers de créativité dynamiques, et deux bonnes heures de découverte et de partage entre étudiants de pays différents, voici la recette dont GUST souhaite faire son succès.

Pour nous suivre et interagir avec nous, abonnez vous à notre newsletter, devenez amis avec nous sur Facebook et visitez régulièrement notre blog. Tous les liens sont sur notre site : http://www.gustproject.com

[Merci à Maxime et Nicolas de nous donner l'opportunité de suivre cette aventure unique avec eux et d'avoir rédigé cet article d'introduction qui met l'eau à la bouche... A très vite pour la diffusion des premiers documentaires !]

An interview with GRAMEEN CALDAS

Grameen Caldas is an organization that was created to implement and operate the Holistic Social Business Movement, a highly innovative regional development approach which aims at eradicating poverty and rebuilding the economy of the region of Caldas in Colombia. In order to understand it better, we decided to interview Martin Loeffler, who is the project leader and current CEO of Grameen Caldas.

 

• How did the Caldas project start?

In 2009, ProfessorYunus was in Cartagena (Colombia) at a microcredit summit where he was approached by the governor of Caldas Mario Aristizabal and his social development consultant. They came to him and told him that they had an issue which was that Caldas has 70% of poverty, 25% of extreme poverty and that even if Caldas has few social projects that they were not working so they needed another idea, something new. In response to those issues, Professor Yunus suggested to do the Holistic Social Business Movement of Caldas.

This movement is a combination of microfinance on one hand (income generation) and on the other hand a long term development opportunities in the areas of nutrition, education, housing and healthcare. There is also the development of a social business fund which will create a bunch of social businesses to address all the causes of the social issues in Caldas.
The governor asked how much money they will need for that. Professor Yunus said that they will need about 16 million dollars to be invested. They would get the necessary funds by selling some TERPEL shares (oil and gas company) that the government still owned- this is how it was born. The 16 million unfortunately never arrived for various reasons but we are still here and try to make it without the government funds. So far we are still alive…

 

• Why did you choose Colombia?

Actually, the answer is we have not chosen Colombia, Colombia has chosen us because they came to us. The general approach of Grameen is not to go where we think we should go. It is more a reactive approach. If people need our help and ask us for help, then we come. So that’s why we are in Colombia. They said they will invest 16 million dollars in microfinance and a social business fund to create the first really revolutionary and sustainable regional development approach – so we came.
• What is your role in this project?

First of all I would not call it a project anymore, it was a project last year and it was a Grameen Creative Lab project to implement the Holistic Social Business Movement. My role when I joined the project in the second year was to secure its implementation and I was there as the project leader for that year.

In the course of the project we created a Colombian company called Grameen Caldas (Caldas is the state in Colombia that we are operating in) which is intended to manage the fund and the microfinance organization. We are looking for a local leader to take over but that is not that easy so right now I am still leading that company.

 

• What are the advances?

We are really excited right now as in order to show that social business can actually work we have created three pilot projects in Caldas. After the deal with the government fell through because the 16 million dollars never really existed, we were going into a big crisis because we thought we could not fund the project. So now we just got financed by ECOPETROL which has invested in each of the three social businesses we have here. Financially that does not really help Grameen Caldas, but it allows us to create some tangible value here in the region which in the long run will show people that they should invest in Caldas.
The pilot projects are Como en Casa, a housing social business, Bienestar, a healthcare social business and Panela Fortificada, which is a social business that produces panela and fortifies it with 7 vitamins which have several great benefits such as strengthening the immune system, fighting anemia or improving cardio-vascular health among other benefits.
Finally, we just managed to strike a deal to develop a joint venture with McCain, the largest frozen potatoes company in the world. So now they will work with us to create another social business here in Caldas which is planned to create jobs and improve access to nutrition for the poor.
• How can we get involved?

We actually work a lot with volunteers from all over the world. For example we work with top MBA schools such as Wharton Business School and if people want to do an internship with us for about three months, then we interview them and see if there is a fit. If there is one, we are really thankful whenever people want to help us accomplishing our goals of reducing poverty in Caldas. What we usually try to do is a three months volunteering program, it should be a minimum of one month but the longer the better. Since we are creating several companies and every company has all the functions from product development, to marketing, to finance, to IT, there is a variety and tons of things to do to get these social businesses pilots up and running. Whoever is interested can write us (martin.loeffler@grameencaldas.com) and be part of the creation of a social business that in the long term will eliminate the social issues that it is intending to resolve.
• Is this model easy to implement in other parts of the world?

Absolutely – the model of the regional poverty reduction program of the Holistic Social Movement can later be adapted to other regions in the world.
We already know that Grameen microfinance works in more than 40 countries in the world and now a social business fund concept is also something that can be replicated anywhere else. Caldas at this point serves as our pilot project to implement the Holistic Social Movement even though due to the lack of funds we have not started the microfinance implementation portion of the program. But with time we are going to fully implement and then refine the model and once we see that it is up and running and it really works well here, then we can take the concept to other areas quite easily. Some of the main adaptations that will have to be made are of course understanding what are the social issues in each of those regions.

 

• A word on social business

We have seven social principles and the last one is DO IT WITH JOY. It is supposed to be fun and to be creating social value and we are of course happy when people join us.

If you wish to have more information or even join the team, visit Gramen Caldas webpage.

Photo taken from the Grameen Caldas webpage.

LeSocialBusiness.fr Copyright © 2013. Tous Droits Réservés