Catégorie - Inspiration

1
La Fabrique: le premier incubateur d’entreprises sociales en Afrique de l’Ouest
2
Réinventer le monde de demain à partir des meilleures solutions d’aujourd’hui : c’est possible !
3
« Strasbourg Declaration of European Social Entrepreneurs »
4
Déjà 10 ans pour la Stanford Social Innovation Review !
5
La Disco Soupe, un projet à partager
6
Découvrez GUST Project !
7
« Femmes de courage », femmes d’exception
8
En hommage à Wangari Maathai…
9
Ode à la Créativité
10
Unreasonable Series: Episode 3 -

La Fabrique: le premier incubateur d’entreprises sociales en Afrique de l’Ouest

Et si l’entrepreneuriat social devenait une nouvelle voie de développement en Afrique de l’Ouest ? C’est la mission que s’est donnée la Fabrique. Cet incubateur, situé à Ouagadougou, identifie et accompagne des entrepreneurs qui regorgent d’idées pour répondre aux grands défis sociaux et environnementaux. En leur donnant les outils nécessaires pour passer à la vitesse supérieure, la Fabrique permet aux entrepreneurs de développer leurs projets grâce à une communauté d’acteurs engagés.

La Fabrique a déjà contribué à donner de l’élan à plusieurs projets depuis plus d’une année. Elle propose également un espace de co-working (espace de travail partagé) et aide des structures plus développées qui sont désireuses de mesurer leur impact ou de changer d’échelle. La Fabrique, c’est également une équipe dynamique qui anime des événements ou des formations.

Ne manquez pas le prochain speed dating de recrutement qui aura lieu en avril !

Alors toujours pas convaincu(e)s ? Pour plus d’informations, c’est par ici!

Réinventer le monde de demain à partir des meilleures solutions d’aujourd’hui : c’est possible !

Vous pensez qu’il n’y a aucune solution pour envisager différemment l’agriculture, l’économie, l’éducation et d’autres thématiques capitales de notre monde ? Vous êtes fatigué(e)s d’entendre que nous allons droit à la catastrophe ? Vous vous sentez impuissant(e)s quant aux crises que le monde traverse ? Alors préparez-vous car le mois de décembre vous réserve une surprise….la sortie du film « Demain ».

Cette bouffée d’optimisme et qui pousse à l’engagement est l’idée de Cyril Dion (co-fondateur de l’excellente ONG Colibris, entre autres) et de la comédienne et réalisatrice Mélanie Laurent. Ce film a été financé de manière participative par plus de 10 000 Kisskissbankers qui ont senti la nécessité de soutenir un aussi beau projet !

Le résultat est un film positif qui apporte des solutions concrètes pour le futur que nous souhaitons. Une bande originale qui donne envie de bouger, des personnages hauts en couleurs, de belles images et des réponses qui nous donnent envie de se retrousser les manches et de foncer !

Alors toujours pas convaincu(e)s ? Regardez la bande annonce !
Le film a déjà commencé à être diffusé en avant première (chanceuse que je suis, j’ai pu assister à l’une d’entre elles) mais la date officielle de sortie en France sera le 2 décembre. D’autres pays le diffuseront également en décembre, dont la Suisse (à partir du 15 décembre).

Déjà 10 ans pour la Stanford Social Innovation Review !

Avec son ambition de mettre en avant des solutions à des problèmes globaux, la revue Stanford Social Innovation Review célèbrera au printemps ses dix années d’existence. Elle est publiée par la prestigieuse université de Stanford grâce au Stanford Center on Philanthropy and Civil Society.

En s’attachant à mettre en avant des acteurs du changement de divers secteurs, à savoir ONG, commerces ou encore gouvernements, cette revue a pu élaborer un panorama des différentes solutions d’un point de vue environnemental, social et économique. Ainsi de nombreux thèmes sont évoqués comme la microfinance, les droits de l’homme, les réseaux sociaux, etc.

Une vague de solutions et d’idées pour avancer vers le changement et surtout y contribuer!

Au sommaire du volume 11 de cette revue qui paraîtra au printemps 2013, des penseurs et acteurs de l’innovation sociale partagent leurs idées et les défis auxquels ils se confrontent.
Si vous ne connaissez pas encore cette revue, plongez vous dans sa lecture (en anglais seulement), vous ne serez pas déçu(e) !

 

Images provenant du site: http://www.ssireview.org/

La Disco Soupe, un projet à partager

Dans un de nos précédents articles nous vous avions présenté le concours de NOISE. Parmi les lauréats de nombreuses initiatives ont été récompensées. L’un des projets gagnants nous a séduits : la Disco Soupe. Mais qu’est ce que c’est ?

Le concept est simple et les mots d’ordre sont : recyclage et solidarité.

Plusieurs ingrédients sont nécessaires afin de réussir la Disco Soupe: récupérer les fruits et légumes invendues sur les marchés, réunir des volontaires pour cuisiner au rythme d’une bonne musique et distribuer le résultat aux personnes en difficulté.

Une idée simple et qui peut être répliquée dans le monde entier !

Pour vous donner une meilleure idée de cette initiative voici une vidéo ainsi que le récit de Maëva (en anglais) qui a participé à cette première Disco Soupe.

Découvrez GUST Project !

Partir à la rencontre d’entrepreneurs innovants pas comme les autres ! C’est l’aventure dans laquelle 2 jeunes centraliens en césure se sont lancés depuis un an déjà.

Des entrepreneurs innovants certes, mais socialement ! Ces entrepreneurs dits sociaux s’attachent à remettre l’homme au cœur de leur entreprise, à partir des besoins des populations les plus pauvres ou les plus exclues pour proposer des solutions adaptées et économiquement viables. Imaginez une entreprise dont la vocation est la même que celle d’une ONG mais qui en adaptant son action parvient à dégager du profit, vous y êtes ! C’est cela que l’on appelle l’entrepreneuriat social … Une entreprise motivée par une cause sociétale dont le profit est perçu comme un moyen de mener, de pérenniser et de développer cette mission et non comme une fin en soi. En effet, une entreprise crée de la richesse, souvent de manière excédentaire à ce qui lui est nécessaire pour survivre et payer ses employés. La question qui se pose alors est que faire de cette richesse supplémentaire ?

L’entrepreneur social y répondra très clairement : accroître mon impact social !

Une conception de l’entreprise novatrice et tellement évidente, dont Maxime et Nicolas n’ont pourtant jamais entendu parler sur les bancs de l’école. Et pourtant en s’y penchant d’un peu plus près, le monde de l’éducation commence à s’intéresser de plus en plus à l’entrepreneuriat social, en attestent les récentes chaires ‘Economie et pauvreté’ de HEC et l’Institut de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Social de l’ESSEC. Mais celui-ci semble n’atteindre pour l’instant que les business schools…

Ce constat simple, couplé à l’envie de voyager à la rencontre d’exemples d’entrepreneurs inspirants, les a poussé à créer le projet GUST – Global Universities’ Social Trip – un voyage à travers l’Asie afin de faire se rencontrer des entrepreneurs sociaux et des étudiants des pays traversés.

Ce voyage se décompose en plusieurs missions de 3 semaines dans plusieurs grandes villes visitées.
En trois semaines, Maxime et Nicolas, accompagnés d’Elie un ami caméraman, rencontreront au minimum deux entrepreneurs afin de réaliser un documentaire de 6 à 10 minutes sur leur entreprise.
Parallèlement à cela, ils élaboreront en partenariat avec l’entrepreneur les bases d’un atelier de créativité, nommé Hold Up (d’idées), atelier destiné à faire plancher les élèves sur une des problématiques que rencontre l’entrepreneur.

Une fois tout ceci réalisé, l’équipe de GUST se rendra dans son université partenaire la plus proche, pour y diffuser ses reportages et y mener à bien ses ateliers avec les élèves.

Un exemple concret d’entrepreneur agissant à côté de chez soi, un passage à l’action lors de d’ateliers de créativité dynamiques, et deux bonnes heures de découverte et de partage entre étudiants de pays différents, voici la recette dont GUST souhaite faire son succès.

Pour nous suivre et interagir avec nous, abonnez vous à notre newsletter, devenez amis avec nous sur Facebook et visitez régulièrement notre blog. Tous les liens sont sur notre site : http://www.gustproject.com

[Merci à Maxime et Nicolas de nous donner l'opportunité de suivre cette aventure unique avec eux et d'avoir rédigé cet article d'introduction qui met l'eau à la bouche... A très vite pour la diffusion des premiers documentaires !]

« Femmes de courage », femmes d’exception

Le 8 mars dernier, Michelle Obama et Hillary Clinton ont remis à dix femmes extraordinaires le prix « Femmes de courage ». Cette date est symbolique car c’est le jour international de la femme. Cependant nous pouvons nous questionner quant à l’intérêt de cette journée. Il est certain que le symbole qui en découle est important mais pourquoi faut il une journée pour rappeler à la majeure partie que les femmes ont également des droits.
Dans certaines cultures machistes, cette journée est l’occasion d’offrir des petits cadeaux et des fleurs aux femmes alors que les droits des femmes y sont quotidiennement bafoués. Pourtant cette occasion devrait être l’opportunité de rappeler tout ce qui reste à faire pour arriver à une certaine égalité, démontrer que les droits des femmes ne sont toujours pas respectés.

Ainsi le fait d’honorer 10 femmes du monde qui ont lutté pour les droits des femmes au détriment de leur vie mais toujours avec conviction est une belle initiative. 10 femmes aux cultures et aux luttes différentes reconnues pour leur action qui fait changer la société et tente de la faire évoluer.

Safak Pavey entourée de Michelle Obama et Hillary Clinton

Cette sixième édition a ainsi récompensé entre autres, Safak Pavey qui est la première femme handicapée à avoir été élue au Parlement turc en Juin 2011, elle donne sa voix aux personnes handicapées, aux femmes et aux minorités turques. Avant d’accéder à ce poste, elle faisait partie du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève.

Jineth Bedoya Lima faisait également partie des femmes de courage de cette cérémonie. Cette journaliste colombienne a été kidnappée, violée et torturée il y a 12 ans alors qu’elle réalisait un reportage dans la prison La Modelo à Bogotá. L’impunité autour de son cas est démontrée par le fait qu’il n’y a toujours pas eu de jugement alors qu’un des paramilitaires a avoué. Malgré cette injustice et les menaces dont elle est victime, Jineth Bedoya continue à se battre pour les droits des femmes en Colombie.

Une autre femme qui a essayé de changer les choses dans le climat conservateur du Pakistan est Shad Begum. En voulant améliorer l’éducation et le système de santé, elle a été confrontée aux membres masculins du Conseil qui refusaient de l’écouter. Aujourd’hui elle a fondé une association qui développe des initiatives de microcrédit, améliore l’accès à l’éducation et aux services de santé et propose des formations politiques. Avec ses convictions et sa détermination elle a réussi à obtenir une place dans la vie politique ultra conservative locale.

[Photo issue du site: http://www.hurriyetdailynews.com/turkish-mp-receives-international-woman-of-courage-award.aspx?pageID=238&nID=15621&NewsCatID=338]

Ode à la Créativité

Ce tout premier article de l’année est tout d’abord l’occasion pour toute l’équipe du blog de vous souhaiter une fantastique année 2011, placée sous le signe de la solidarité et de la créativité.
2011, nous l’espérons, verra fleurir un nouvel élan pour l’entrepreneuriat social. Notre souhait le plus cher, et la mission que nous nous fixons, est de voir l’esprit de l’entrepreneuriat social se répandre à de nouvelles sphères, amener un nombre croissant de personnes à réfléchir sur le rôle et les possibilités de l’entreprise dans la société et contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs visionnaires au service de l’Humanité.
Comme chacun le sait, ce qui caractérise un entrepreneur social, c’est avant tout sa capacité à voir les choses différemment, à percevoir des opportunités là où d’autres ne voient que des impasses, à imaginer une manière inédite de résoudre des problèmes sociaux souvent délaissés car jugés insolubles. En bref, la première qualité d’un entrepreneur social, c’est sa créativité, sa capacité à penser « out of the box »… En favorisant la créativité, nous pourrions démultiplier le potentiel des individus à devenir des entrepreneurs sociaux. Or, comme le déplore Sir Ken Robinson dans cette vidéo, le système éducatif s’attache à faire précisément le contraire, générant des individus formatés, peu à même de donner naissance à la nouvelle idée révolutionnaire.

[youtube x_0Lsg1iRsQ]

Scandaleux ! Si nous souhaitons créer un climat propice à l’entrepreneuriat social, c’est donc le système éducatif tout entier qu’il faudrait réformer en profondeur ! Alors, pour bien commencer l’année, Indignez-vous ! contre ce moule toxique qu’est l’éducation actuelle. L’indignation est un sentiment pur et noble, un puissant vecteur de transformation…

Unreasonable Series: Episode 3 -

Comme chaque semaine, voici le nouvel épisode (ép. 3) de la session 2010 de l’Unreasonable institute

Cet épisode nous invite dans l’intimité du développement de l’un des projets de cette année : le projet Uber Shelter. Nous sommes conviés à partager la troisième semaine de vie à L’Institut et pouvons voir comment les entrepreneurs présentent leur projet à un public de professionnels à Boulder. L’accent est mis sur le progrès réalisé par Rafael durant l’Institut; on comprend notamment mieux comment les mentors et la structure même de l’Institut facilitent la génération d’idées, la croissance des projets et la structuration du business model. Après plusieurs mois de réflexion sur la manière de faire d’Uber Shelter une entreprise viable, Rafael est parvenu à concevoir une solution entrepreneuriale innovante pour répondre aux besoins de l’intervention d’urgence.

[vimeo 13002573]

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite de cette aventure pas comme les autres …

LeSocialBusiness.fr Copyright © 2013. Tous Droits Réservés